Dans le cadre des festivités du 20 janvier, le président de la République, chef suprême des armées, Ibrahim Boubacar Keïta a inauguré une stèle dédiée aux soldats morts pour le Mali pendant l’agression dont le pays a été victime. Le monument a été inauguré hier dans l’après-midi sur la Place d’armes de Kati. C’était en présence du Premier ministre Oumar Tatam Ly, des membres du gouvernement, des responsables militaires maliens, français, de la Minusma et des membres du corps diplomatique.

inauguration stele monument reconnaissance armee ibrahim boubacar keita ibk kati camp

 

Expliquant le sens de cette stèle, le ministre de la Défense et des Anciens combattants, Soumeylou Boubèye Maïga, a indiqué que cette initiative procède d’une obligation de mémoire et d’un devoir de reconnaissance vis-à-vis de tous ceux qui se sont sacrifiés pour le pays. « Une obligation de mémoire pour tous les combats menés pour la défense de la liberté et de la dignité humaine, à l’égard des femmes et des hommes qui ont donné leur vie pour que les peuples préservent le droit à disposer de leur destin ».

La stèle rend hommage aux résistants tombés lors de la conquête coloniale, aux héros inconnus de la lutte pour l’Indépendance du Mali, aux défenseurs de l’intégrité territoriale et de l’unité nationale, aux soldats maliens et étrangers tombés pour la libération des régions du Nord. Le ministre de la Défense a demandé d’observer une minute  de silence en leur mémoire.

« Au cours de nos interventions, nous avons accompli ce que nous considérons comme notre devoir sacré en tant que nation éprise de paix et de concorde. Par un juste et éloquent retour de l’histoire, nous avons eu droit à un engagement total de la part de nos amis quand nous avons été à notre tour confrontés à une terrible tragédie. Pour la libération des régions du Nord, pour le rétablissement de son intégrité territoriale, pour la sécurisation de ses populations, notre pays a bénéficié d’une solidarité internationale d’une ampleur exceptionnelle à travers la Misma, les Fatim (Forces armée tchadiennes), la Minusma et surtout la force Serval. Nos pensées vont en cet instant aux valeureux combattants amis tombés lors des affrontements et dont le sacrifice scelle à jamais un pacte de sang entre nos peuples », a dit le ministre.

Revenant sur la mobilisation internationale dont le Mali a bénéficié depuis le début de la crise, Soumeylou Boubèye Maïga a indique qu’elle « restera pour nous une source permanente d’inspiration, de motivation et d’engagement ».

Les Forces armées maliennes (FAMA) méritent amplement d’être salués. « En combattant aux côtés de nos alliés, les FAMA ont démontré la capacité de résilience dont était capable notre peuple. Elles se sont adaptées au rythme imprimé dans la conduite des opérations de reconquête. Elles ont sécurisé les zones libérées. Elles ont ouvert la voie dans certaines localités. Elles se sont révélées sur tout le front à la hauteur de leur devoir. Elles ont ainsi souligné la force de leur sens de l’honneur, de la dignité et du sacrifice », a commenté le ministre.

Pour lui, tout ceci est important à rappeler car notre pays a traversé une période extrêmement difficile et nos populations ont pu à un moment donné s’interroger légitimement sur la capacité de nos Forces armées et de sécurité à s’acquitter de leurs missions essentielles.

Le ministre de la Défense  et des Anciens combattant a assuré que les FAMA ont à cœur de redevenir le creuset de l’unité nationale, d’incarner la renaissance du civisme, de personnifier la résurgence de la fierté citoyenne. « Elles ont, pour tout dire, l’ambition d’être le symbole de la cohésion de notre nation », a encore dit le ministre.

 

Juste après l’inauguration de la stèle, le président de la République a dévoilé un timbre poste qui rend hommage aux éléments de l’Opération Serval. Le timbre a été imprimé avec la photo de cet animal du désert.

A. DIARRA