Après des échanges diplomatiques musclés ces dernières semaines entre la France et le Mali, le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga appelle au dialogue.

 

Après les invectives, l’heure peut-être de l’apaisement entre la France et le Mali. Petit rappel des épisodes précédents. À la tribune de l’ONU fin septembre, Choguel Kokalla Maiga, le Premier ministre de transition du Mali avait dénoncé l’abandon de son pays par la France après le retrait progressif des soldats de l’opération Barkhane. Dans la foulée, Emmanuel Macron avait qualifié de “honte” ses propos, avant d’appeler à un retour de l’État dans le pays.

Aujourd’hui, Choguel Kokalla Maiga appelle au dialogue. “Il peut y avoir au niveau des autorités françaises, des approches qui ne sont pas les mêmes que celles du gouvernement malien”, commence-t-il par reconnaître. Mais “il est hors de question d’imaginer que le peuple malien nourrit un sentiment anti-français”, rassure-t-il.

“Il y a beaucoup de jeunes maliens qui portent le nom de François Hollande et ça, c’est un honneur en Afrique”, rappelle aussi Choguel Kokalla Maiga. Le chef de l’État malien appelle enfin à “chercher des réponses” à des “questions de fond” de façon “calme”. Ce qui s’approche d’une main tendue à Emmanuel Macron.

 

Source : rtl

MaliwebMali actuMalijetPolitique malienne
Après des échanges diplomatiques musclés ces dernières semaines entre la France et le Mali, le Premier ministre Choguel Kokalla Maiga appelle au dialogue.   Après les invectives, l'heure peut-être de l'apaisement entre la France et le Mali. Petit rappel des épisodes précédents. À la tribune de l'ONU fin septembre, Choguel Kokalla Maiga, le...