L’une des procédures les plus attendues par les maliens était celle relative à l’achat des équipements militaires. Les maliens étaient abasourdis, en 2014, par l’ampleur de la surfacturation dans l’acquisition de matériels militaires. Notre rédaction avait relevé, il y a un peu moins d’une année, que le procureur Mamoudou Kassogué, avait repris ledit dossier sous la bénédiction de son ministre de l’époque, Malick Coulibaly, et avait émis des mandats d’arrêts contre les opérateurs Amadou Baiba Kouma, Mohamed Kagnassy et Soumaïla Diaby.

Le mandat d’arrêt, pouvait-on constater, n’avait pas empêché à Sidi Mohamed Kagnassy d’atterrir à Bamako le 29 Juillet 2020. Dans de confidences de sources judiciaires, la cour suprême du Mali aurait mis fin aux poursuites judiciaires dans ce dossier sulfureux. En plus des opérateurs économiques cités plus haut, les infractions avaient été retenues contre l’ancien Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, mais également, les anciens ministres Mahamadou Camara, Madame Bouaré Fily Sissoko et Moustapha Ben Barka.

Selon des sources du Figaro du Mali, le jeudi 18 mars 2021, une décision judiciaire de la Cour suprême aurait ordonné l’annulation des mandats d’arrêts internationaux délivrés contre Kagnassy, Soumaïla Diaby et Amadou Kouma, tous en exil en Côte d’ivoire. L’Etat malien avait même été condamné à payer plus de 25 milliards de FCFA à Guo Star en 2018.

L’instance suprême, ajoute une source proche du dossier, aurait évoqué une absence des documents (pièces justificatives) classées sous le sceau du secret-défense par le régime IBK et même la transition en cours). La cour suprême, par cette argumentation, a l’obligation de surseoir aux poursuites judiciaires contre les personnes citées dans cette affaire. Selon des sources sécuritaires, le vendredi 19 mars 2021, tous les services sécuritaires du Mali auraient été informés de la levée des mandats d’arrêts internationaux délivrés contre les nommés Mohamed Kagnassy et autres.

Source: Le figaro du Mali

MaliwebCorruption malienneMalijet
L’une des procédures les plus attendues par les maliens était celle relative à l’achat des équipements militaires. Les maliens étaient abasourdis, en 2014, par l’ampleur de la surfacturation dans l’acquisition de matériels militaires. Notre rédaction avait relevé, il y a un peu moins d’une année, que le procureur Mamoudou Kassogué,...