Initialement prévu pour ce lundi 22 novembre 2021, le procès concernant Bakary Togola et coaccusés va devoir commencer ce mardi. Pour problème d’ordre technique, la cour d’Assises de Bamako a décidé de renvoyer l’affaire à ce jour, 23 novembre.

Apparemment prêt, l’ex-président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCAM) du Mali, Bakary Togola était néanmoins présent à la cour d’Appel, hier lundi 22 novembre. Au nombre de 12 douze personnes citées dans l’affaire de ristourne, les présumés coupables du détournement des fonds de soutien destinés aux agriculteurs étaient tous présents. La présente affaire se penche sur le détournement des fonds estimés à plus de 18 milliards de nos francs. Ce dossier, demeurant en cours depuis plus d’un an, a nécessité l’emprisonnement de l’ex-homme fort de l’APCAM.Même s’il a toujours nié sa participation à un quelconque détournement desdits fonds, Bakary Togola a déjà passé 19 mois à la maison centrale d’arrêt de Bamako, à cause de cette même affaire. Le dossier, alors censé connaitre son premier jour de procès, a finalement été renvoyé, hier lundi par les juges de la cour d’Assises de Bamako, à ce mardi 23 novembre 2021.D’une source sûre, ces précisions ont été données : « C’est un problème d’ordre technique. Certains accusés étaient toujours détenus à la maison centrale d’arrêt de Bamako, mais deux incriminés sont venus de Dioila et de Fana, ce dimanche. Les derniers interrogatoires des deux présumés coupables n’avaient pas été faits. Cela doit d’abord être fait avant de commencer le procès proprement dit ». Ce travail se fait ce lundi. Dans ce cas, les choses commencent ce mardi, a-t-elle fait savoir. Le renvoi de l’affaire est dû à ce problème technique, sinon il n’y a aucun autre motif, souligne la même source. Pour éviter toute confusion autour de l’affaire, cette dernière annonce que les présumés auteurs d’un éventuel détournement sont au nombre de 12 personnes. « Ils sont douze à être cités dans l’affaire. Il y a cinq(5) témoins et quatre(4) parties civiles dans ce dossier. Bakary Togola et les coaccusés étaient présents pour ce début de procès qui vient d’être renvoyé », a-t-elle confié. Dans la présente affaire, Bakary Togola et ses coaccusés sont poursuivis, doit-on le rappeler, pour « atteintes aux biens publics ». Faits prévus et punis par le code pénal malien. Cependant, il convient de retenir que lors de sa rencontre avec les journalistes tenue dans sa résidence à Yirimadio, en commune VI de Bamako, Bakary Togola a donné sa version des faits. « Il y avait plus de 2,410 milliards dans les comptes du fonds de soutien le jour de mon arrestation. Cela est vérifiable au niveau de la BIM-SA. Et le fonds de soutien avait plus de 19 milliards 760 millions F CFA d’impayés à la CMDT »,a-t-il dit, ajoutant que « les anciens PDG de la CMDT : Modibo Koné et Baba Berthe peuvent en témoigner ».Pour plus d’explicité dans ses mots, l’ex-patron de l’APCAM indiquait qu’il y avait 3 milliards d’impayés aux producteurs de coton, au titre de la campagne 2016-2017 ; 9 milliards 846 millions F CFA pour la campagne 2017-2018 ; et 6 milliards 914 millions pour la campagne 2018-2019. « Comment je peux détourner de fonds que je n’ai jamais reçu ? S’il y a détournement sur le fonds de soutien, c’est fait quand j’étais en prison. Je ne suis donc impliqué ni de près, ni de loin dans cette affaire »,a-t-il indiqué aux hommes de médias.

Mamadou Diarra

Source : LE PAYS

Source: Le Pays- Mali

MaliwebMaliweb Malijet Maliactu
Initialement prévu pour ce lundi 22 novembre 2021, le procès concernant Bakary Togola et coaccusés va devoir commencer ce mardi. Pour problème d’ordre technique, la cour d’Assises de Bamako a décidé de renvoyer l’affaire à ce jour, 23 novembre. Apparemment prêt, l’ex-président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCAM) du...