Alors que la gouvernance de rupture est annoncée avec fracas, il était attendu depuis quelques mois des gages de mise en œuvre. C’est sans doute ce qui arrive aujourd’hui avec la décision du Premier ministre d’interdire les missions couteuses pour le budget de l’Etat.

Le train de vie de nos autorités est excessif. De la grosse cylindrée aux voyages hors du pays en avion, dans des conditions princières, le budget de l’Etat s’en trouve grevé alors même que les résultats de ces voyages sont discutables. Après le changement souhaité par le peuple du M5-RFP, il était attendu des actes qui montrent la voie d’une rupture. Ce qui s’amorce avec une lettre circulaire confidentielle de la primature en date du 21 septembre 2021, adressée aux ministres de la transition.

« Il ne vous échappe pas que, compte tenu de la conjoncture, des restrictions budgétaires ont été décidées pour réduire le train de vie de l’État », peut-on lire dans ladite lettre signée par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga. Il précise qu’à l’avenir, « seules seront autorisées : les missions dont les frais sont à la charge de la partie invitante ; les missions dont l’apport au développement national est jugé pertinent », laisse-t-il entendre. Le Premier ministre insiste qu’il attache du prix à l’exécution des directives transmises par la circulaire citée.

Dans le même temps, l’exemple vient de lui-même quand il accepte de faire le voyage de New-York dans un vol commercial d’une célèbre compagnie européenne. Cependant, il reste encore du chemin à en croire la réaction de personnalités de la diaspora malienne à New-York, qui ont fustigé le choix d’un hôtel ultra luxueux et coûteux pour le budget national pour le Premier ministre et sa délégation durant son séjour américain. D’autres voix ne comprennent pas la mobilisation de ressources financières pour l’accueil triomphal de M. Maïga à son retour de ce fameux voyage.

SKK

Source: Bamakonews

Maliwebmaliweb net
Alors que la gouvernance de rupture est annoncée avec fracas, il était attendu depuis quelques mois des gages de mise en œuvre. C’est sans doute ce qui arrive aujourd’hui avec la décision du Premier ministre d’interdire les missions couteuses pour le budget de l’Etat. Le train de vie de nos...