Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 novembre 2022, le président de l’Union des jeunes musulmans du Mali (UJMMA), a organisé au monument Obélisque de l’ACI2000, un prêche consacré à la célébration du Maouloud. Présent à cette veillée religieuse, le président du Haut conseil islamique du Mali, Chérif Ousmane Madani HAIDARA, a fait part de sa rencontre avec le Président de la transition, le Colonel Assimi GOITA, à la veille à Koulouba. Une rencontre, dit-il, qui a permis aux autorités de la transition de lui annoncer l’adoption de la loi sur la cybercriminalité en Conseil des ministres. Selon lui, cette loi, si elle venait d’être adoptée par le CNT, permettrait de mettre fin aux dérives enregistrées sur les réseaux sociaux.

Cette séance de prêche qui s’inscrivait dans le cadre de la célébration du Maouloud est une initiative de l’Association malienne pour la culture islamique en collaboration avec l’UJMMA.
Outre le président du HCIM, Chérif Ousmane Madani HAIDARA, cette rencontre s’est déroulée en présence de l’ancien Premier ministre Moussa MARA ; de l’ancien ministre Modibo KADIOKE ; du représentant du maire de la commune IV, Abdalla Yattara, du chef de village, Aboubacar TABOURE.
Elle a également enregistré des délégations venues du Burkina Faso voisin ainsi que de certaines régions du Mali.
On notait également la présence de Moutaph CISSÉ, prêcheur de la grande Mosquée de Bamako.
Dans son mot de bienvenue, Abdalla Yattara a salué l’imam Mohamed Macky Bah pour son engagement en faveur de la paix et de la cohésion sociale.
De son côté, Moussa MARA a salué un bâtisseur. Il a rendu hommage à l’Association malienne pour la culture islamique, à travers son fondateur, Mohamed Macky Bah, non moins président de l’UJMMA, avant de formuler des vœux de paix et de stabilité pour le Mali.
Dans son intervention, le président de l’Association malienne pour la culture islamique, Macky TALL, a rappelé que son organisation a été créée en 1992 pour combattre l’ignorance, magnifier l’islam, réhabiliter les Zawiya.
Cheick Mohamed Macki Bah a fait remarquer dans sa prédication que le Maouloud est un moment particulier de recueillement sur le chemin parcouru par le Prophète(PSL), qui doit être pour nous une source inépuisable d’inspiration pour que nous soyons, un jour, des exemples de vertu irréprochable.
Il a rappelé que le prophète Mahomet (PSL) était un être exceptionnel et le Saint Coran son caractère. Il a fait savoir aux fidèles que l’islam c’est le cœur.
«Seul le cœur compte», a-t-il expliqué. Pour lui, chaque musulman et musulmane doit donc s’efforcer à purifier son cœur.
Invité d’honneur de cette séance de prêche, le Chérif Ousmane Madani HAIDARA a tenu à saluer et remercier Cheikh Mohamed Macky BAH pour son engagement et son dévouement pour le Mali et les Maliens.
Il a souligné à ce propos son combat pour l’insertion socio-professionnelle des arabisants au Mali. Grâce à sa témérité, a-t-il expliqué, les arabisants se sentent de plus en plus considérés dans ce pays.
Aussi, il a présenté Mohamed Macky Bah comme un artisan de la paix.
Abordant l’actualité brûlante du pays, marquée ces derniers temps par l’affaire de blasphème contre la religion musulmane, le président du HCIM, a réitéré son appel à la raison et à la retenue. « Il faut agir avec raison et intelligence», a-t-il prêché.
Selon lui, ces actes inscrivent dans le cadre d’une campagne mondiale contre l’islam et son Prophète (PSL).
Ainsi, dit-il, après avoir endossé le message d’Allah, tel que révélé par le Saint Coran et les hadiths, nous devons agir avec sagesse et retenue.
Selon HAIDARA, l’islam n’est pas un régime d’anarchie, de polémiques. Car, dit-il, le message reçu par le Prophète est clair.
De nos jours, a-t-il expliqué, certains de ses partisans s’offusquent de voir que des gens s’attaquent à sa personne.
«Ils doivent comprendre que ce qui m’arrive est normal. D’ailleurs, ce n’est rien comparé à ce que le Prophète a subi. Il y a de petites gens qui vivent de ça, cela les permet d’exister. Il faut les laisser faire», a-t-il conseillé.
C’est pourquoi, a-t-il affirmé, il a toujours appelé ses partisans à la retenue.
«Je ne serai jamais à l’origine de violence dans mon pays, Inch Allah. Il ne faut pas qu’on essaye de se rendre justice, restons dernière les autorités. Il faut laisser les gens s’exprimer, chacun répondra de ses actes», a plaidé HAIDARA.
Pour lui, il est très normal que le commun des fidèles soit offensé par le fait qu’un individu ait profané le Saint Coran ou insulté le Prophète (PSL).
«Mais les érudits et autres imams ne peuvent pas nous dire que c’est pour la première fois que de tels actes soient posés contre l’islam dans ce monde. La seule nouveauté est que l’auteur s’exprime en Bamanakan. Sinon, dans les pays arabes, des gens qui ont bien mémorisé le Coran et sont devenus de pires ennemis de l’islam. Il y a aujourd’hui dans certains de ces pays arabes toute une organisation qui mène une campagne de désinformation pour salir l’image de l’islam», a prévenu HAIDARA.
De son propos, il ressort que ces gens se sont fixé comme objectif d’éradiquer l’islam de la surface de la terre.
«Ces gens sont à l’œuvre depuis longtemps. Celui qui a piétiné le Saint Coran a agi de manière vulgaire. Sinon, il y a des gens partout, et ici même au Mali, qui sont pires que celui qui a profané le Coran. Il ne procède pas par des injures ou des écarts de langages, mais introduise des choses qui, à la longue, risquent de mettre fin à l’islam», a-t-il révélé.
Aujourd’hui, a-t-il fait savoir, c’est une organisation mondiale qui est bien financée et qui travaille à cela avec des programmes bien définis.
«Nous disposons des vidéos sur les activités de ce réseau appelé ‘’Ako Rachid’’ dirigé par deux marocains», a-t-il précisé.
Face à cette situation, dit-il, nous devons agir avec la raison.
«Aujourd’hui, nous sommes sortis, je salue la communauté musulmane pour cette mobilisation, mais il a récidivé. Qu’est-ce qu’on peut faire maintenant. Allons-nous continuer à sortir ?» s’est-il interrogé.
Selon lui, l’islam est une religion de tolérance. D’ailleurs, a-t-il fait savoir, personne n’a été contraint d’adhérer à la religion musulmane au Mali.
«On a eu des messagers très honnêtes et convaincants de l’islam qui ont su convertir les gens de manière volontaire», a continué HAIDARA.
Parlant de ses relations avec les autorités nationales, il a fait savoir qu’une délégation du HCIM a été reçue à Koulouba le vendredi 11 novembre 2022.
«Nous avons été reçus par le président de la transition. Il nous a annoncé l’adoption de la loi sur la cybercriminalité en Conseil des ministres hier vendredi. Et nous nous réjouissons de cette initiative des autorités», a-t-relevé.
Selon lui, cette loi, si elle venait d’être adoptée par le Conseil national de transition (CNT), permettrait de mettre fin aux nombreuses dérives enregistrées sur les réseaux sociaux ces derniers temps dans notre pays. « Cette loi sera applicable à tous les Maliens », a-t-il précisé.
«Sinon ce pays est au bord de la guerre civile », a-t-il estimé.

Par Abdoulaye OUATTARA

Source: Journal Info-Matin Mali