La Suède, qui va retirer en 2022 ses militaires engagés dans la force Takuba, se dit très préoccupée par la situation au Sahel.

Le moment était mal choisi. Alors que les relations politiques se détériorent entre le Mali et ses partenaires internationaux, la Suède a confirmé vendredi qu’elle retirerait cette année ses militaires déployés au Sahel dans le cadre de la force «Takuba», qu’elle commande néanmoins jusqu’en mars.

Constituée de forces spéciales européennes qui mènent des missions de formation et d’accompagnement au combat, celle-ci est censée prendre le relais, sur le terrain, de l’opération française Barkhane qui soutient l’armée malienne dans sa lutte contre les groupes djihadistes. Mais en refusant d’organiser à court terme des élections de transition et en ayant recours aux mercenaires russes du groupe Wagner, la junte au pouvoir à Bamako a poussé la patience des Européens à ses limites.

Il ne sera pas possible de continuer avec autant de troupes de notre part

Ann Linde, ministre des Affaires étrangères suédoises

«Nous avions déjà décidé de nous retirer cette année de Takuba. La question est de savoir ce que nous allons faire avec la Minusma», a déclaré vendredi la ministre des Affaires étrangères suédoise, en marge d’une réunion…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Source: lefigaro

MaliwebmaliwebNord-Mali
La Suède, qui va retirer en 2022 ses militaires engagés dans la force Takuba, se dit très préoccupée par la situation au Sahel. Le moment était mal choisi. Alors que les relations politiques se détériorent entre le Mali et ses partenaires internationaux, la Suède a confirmé vendredi qu’elle retirerait cette année...