Les hautes autorités viennent de remanier la hiérarchie militaire avec de nombreux changements à la clé dans des postes stratégiques. Selon un observateur de la situation sécuritaire, cette volonté des dirigeants est née dès le drame de Diallassagou qui a  fait 132 morts bilan officiel et 250 selon les sources locales.

Au regard des réalités sur le terrain et notamment dans le centre du pays, les forces armées maliennes pourraient voir leur capacité renforcée si les autorités mettaient à profit les savoir-faire des nombreux mouvements d’autodéfense actifs dans le pays depuis plus de 5 ans pour certains. Nombreux de ces mouvements ont bien contenu les appétits des groupes terroristes et ont pu les empêcher de s’emparer de plusieurs localités ou ont pu libérer des villages sur lesquels s’appuient l’armée pour mener ses offensives.

Selon les informations  que www.lepaysdogon.net  a pu vérifier, il existe en plus de l’emblématique Mouvement Dan NaAmbassagou, une coordination des mouvements armés peulhs, dirigée par Sékou Bolly et une plus grande coordination de plusieurs mouvements relevant de plusieurs communautés du centre du Mali. Cette dernière est dirigée par le capitaine à la retraite Mamadou Goudjinkilé.Au sens des urgences, l’heure n’est plus aux calculs, en plus des mouvements d’autodéfense, les autorités doivent également décréter une mobilisation générale de tous les bras valides afin de mettre l’Etat en mode « GUERRE » en vue de progresser vers une réelle stabilisation des terroristes avant le début des échéances électorales prévues, en principe, dans quelques mois.

www.lepaysdogon.net

MaliwebmaliwebNord-Mali
Les hautes autorités viennent de remanier la hiérarchie militaire avec de nombreux changements à la clé dans des postes stratégiques. Selon un observateur de la situation sécuritaire, cette volonté des dirigeants est née dès le drame de Diallassagou qui a  fait 132 morts bilan officiel et 250 selon les sources locales. Au...