Guerre verbale ouverte ce matin au CNT entre les partisans et les adversaires de l’Accord d’Alger
Dans le souci d’une meilleure appropriation des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger, le Conseil National de Transition (CNT) organise du 13 juillet au 15 juillet des journées d’information à l’attention de ses membres. L’Ouverture des travaux s’est déroulée, ce mardi 13 juillet 2021, dans la salle Djeli Baba SISSOKO du CICB.

A l’ordre du jour ce matin : le premier panel animé par le Chef de la Mission d’Appui à la Réconciliation Nationale (MARN) Mahamadou DIOUARA sur la présentation de l’Accord et son état de mise en œuvre. Mais, loin de l’excellente communication de DIOUARA sur l’Accord, la journée aura été marquée par des joutes verbales entre pro et anti-Accord. Les champions des deux camps s’appellent : Youssouf Z. COULIBALY pour les anti-Accord et Iknan Ag SOULEYMANE pour les pro-Accord.
Pour l’honorable Youssouf Z. COULIBALY, connu pour son incurable malparlage et qui, comme par hasard, s’abrite derrière la géographie pour tenter de donner l’estocade à l’Accord au centre de toutes les controverses.
Pour le « député » COULIBALY, ancien conseiller spécial du président de l’ex-CNSP : «si l’accord d’Alger pose plusieurs problèmes, qu’il ne résout, alors il faut le mettre à côté, car ce n’est ni le coran ni la bible. C’est un travail fait par les hommes et c’est aux hommes de défaire. Sur la question du développement, une balle de fusil coûte plus chère qu’un sac de ciment et le sable est gratuit au Nord. Aussi on ne peut point appliquer un accord entre des hommes armés. Si toutes les régions devaient demander leur indépendance, alors on ne parlerait plus du Mali. Je suis de Sikasso et Sikasso à trois frontières, les industries d’armes ne manquent et sont prêtes à doter ».

Pour faire comprendre à ce Sikassois qu’il n’est pas le seul qui sait mal parler, le «député» du MNLA, l’honorable Iknan AG Souleymane met le pied dans le plat de l’Accord à travers une énième provocation séparatiste qui aura du mal à être perçue sous l’angle du cousinage. S’offusquant des envolées populistes des anti-accords, l’ex-rebelle est sorti de ses gongs et donne la réplique : «certains ont dit ici, au CNT, que notre AZAWAD est une cuvette. Certes, mais est-ce que vous qui êtes le Mali, vous n’êtes pas un hippopotame en dessous de nous ?
Moi je suis Iknan AG Souleymane, un rebelle. J’ai participé à la quasi-totalité des précédentes rebellions armées et en tant qu’acteur. Je suis ici au CNT pour le compte de notre mouvement, la CMA, et pour représenter le MNLA ». L’homme qui se présente sans fioritures et sans aucun complexe, balance la rengaine séparatiste : « alors, soit vous appliquez l’Accord d’Alger, ou à défaut, préparez-vous pour la guerre. Il y a le terrain de bataille, allez-y. Pour ce qui concerne le désarmement de nos combattants, il faut d’abord appliquer l’Accord. Soit l’accord, soit la guerre».
Les pros accord font à Iknan AG SOULEYMANE un standing ovation… L’opinion malienne, à travers les réseaux sociaux, s’émeut. La tragédie se théâtralise.

Par Modibo KONE

 

Source: Info-Matin 

MaliwebNord-Mali
Guerre verbale ouverte ce matin au CNT entre les partisans et les adversaires de l’Accord d’Alger Dans le souci d’une meilleure appropriation des dispositions de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du Processus d’Alger, le Conseil National de Transition (CNT) organise du 13 juillet au 15...