Chaque jour qui passe, la France montre ses objectifs aux maliens. Dans la feuille de route remise aux autorités de transition, elle a demandé à discuter avec le MNLA. La demande a été exécutée et le résultat, est le préaccord de Ouagadougou. A présent, l’armée malienne n’est pas entrée à Kidal et le cantonnement des rebelles du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA) n’est pas fait et nous ne croyons pas s’il aura lieu. Pourquoi ? Parce que le MNLA n’est qu’une création de l’Etat français contre la république du Mali. La France cherche à mettre notre pays sous son protectorat.

negociation.MnlaA cet effet on aura le Mali du Nord et le Mali du Sud. C’est comme cela que le Soudan a été scindé. Ceux-là qui ont procédé à la scission du Soudan se retrouvent au Mali pour les besoins de la cause française (Pierre Buyoya). Ensuite, le MNLA est composé en grande partie de déserteurs des forces armées et de sécurité malienne dont des soldats formés par les USA qui ont fui avec le matériel fourni par les américains. Ce sont les mêmes américains qui soutiennent le préaccord de Ouagadougou. Les déserteurs de l’armée malienne ne pourront jamais se cantonner et regarder dans les yeux leurs anciens compagnons d’arme.

La France, en imposant des élections dont l’issue est connue sans la libération de Kidal, crée une situation de crise permanente dans notre pays. Les Maliens doivent avoir en mémoire les actes posés par la France pendant huit (8) ans en République de Côte d’Ivoire.

De quoi se mêle Macky Sall ?
La réaction du président Sénégalais ne surprend guère. M. Macky Sall appelle les Maliens à aller aux élections. De quoi se mêle donc Macky Sall ? N’est-ce pas le Sénégal qui a attribué le prix Kéba M’baye de bonne gouvernance à ATT ? Comment au troisième millénaire, un président d’un pays peut devenir sujet d’un autre homme, uniquement pour des intérêts éphémères ? Nous pensons que, Lat Dior Diop, le résistant sénégalais à la colonisation française vaut mieux que lui.
En appelant le peuple malien à organiser des élections bâclées, c’est ouvrir la voie à un autre coup d’Etat. Les évènements du 22 mars 2012 sont les conséquences   l’absence de fichier électoral. Donc une suite logique de mauvaise gouvernance.

Il faut appeler le chat par son nom. Ce n’est pas le MNLA qui s’oppose à l’entrée des troupes maliennes à Kidal, mais la France. Cependant, elle a été libérée en 1944- 1945 par une coalition internationale des alliés en Normandie (France). Aucune puissance, parmi celles qui ont participé à la libération de La France, n’avait proféré des menaces à l’égard du gouvernement de fait de la France. Mais, il nous semble que les maliens ne mesurent pas la gravité des actes posés par la France dans notre pays. Le Mali est réellement recolonisé. Toutes les guerres sont commandités par l’Europe et des USA.

En ce qui concerne l’Europe, si nous voyons ce qui s’est passé dans les pays comme la Tunisie, la Libye et actuellement en Syrie, l’histoire donne raison à Adolph Hitler qui avait dit dans  son testament : pour le paraphraser que l’histoire lui donnera raison, «qu’il a tout fait pour empêcher la guerre mais ce sont les politiciens européens de connotation juive qui sont à la base de cette guerre». Aujourd’hui, on voit bien ce schéma avec ce qui se passe en Syrie.

A travers cette guerre, c’est toutes les puissances de l’Asie (Russie, Chine, etc..) qui sont visées. Ces fous ne vont jamais s’arrêter et ils finiront par tomber dans leurs propres pièges.

On ne gère pas un pays par rafistolage. Le Mali est au-dessus des communicateurs traditionnels. La loi doit être respectée. Nous sommes témoins des évènements du 23 mai 2006 et l’accord d’Alger. Nous disons que le 30 avril 2012, il y a eu un coup d’Etat et non un contrecoup. Pourquoi, nous disons qu’il y’a eu un coup d’Etat, parce que le président intérimaire, le président Dioncounda Traoré était installé et le gouvernement Cheick Modibo Diarra était en place. Donc la loi doit être appliquée et ensuite, le chef de l’Etat peut jouer son rôle en accordant l’amnistie ou la grâce présidentielle.
Ceux qui ont suivi l’actualité à l’époque des faits, se rappellent d’un commentaire d’un journaliste du RFI qui disait que «la junte soupçonne, le chef de l’Etat le Professeur Dioncounda Traoré d’être derrière les évènements du 30 avril 2012». Et le journaliste en question poursuit en ces  termes, «ce qui n’est pas vraisemblable».

Nous rappelons que Patrice Emery Lumumba, dans une lettre à sa femme avait dit ceci : «L’histoire dira un jour son mot et l’Afrique écrira sa propre histoire». Nous disons, un jour, la vérité  éclatera en rattrapant le mensonge et que le Mali écrira sa propre histoire et la vraie version des faits.
Le Chef de l’E tat et son Premier ministre viennent de procéder à un réaménagement technique, ce que nous appelons un remaniement ministériel, à partir de calcul politicien. Ils ont leur stratégie à eux et Dieu à sa stratégie.

Les français ont perdu tout crédit au Mali et ils seront les plus grands  perdants dans le complot national et international ourdi contre la république du Mali et son peuple. Ils ont créé le MNLA mais ils se sont rendus compte que ce dernier ne vaut absolument rien. Ils sont entrés au Mali avec l’opération «Serval» et le MNLA dans leurs bagages. Le MNLA n’a pu vaincre ni le MUJAO, ni AQMI. Malgré tous les efforts fournis par la France et son commis du Burkina Faso en la personne de Blaise Compaoré, le MNLA n’a pu maintenir aucune base dans le nord du Mali jusqu’à l’arrivée des troupes Serval.

Dans le n°415 du lundi 24 juin 2013 du journal «L’Inter de Bamako», le Rehigema (Réseau des historiens géographes du Mali) écrivait ceci : «….aux populations des régions du nord dont la grande majorité souffre encore de l’inexistence des services sociaux de base…». Cette déclaration est fausse. Les historiens et géographes ont d’autres choses à nous dire qui ressort de leur domaine sans rentrer dans un domaine qu’ils ignorent. Ils doivent se renseigner.
Le Nord ne manque ni de centres socio-sanitaires, ni d’écoles par rapport aux autres régions du Mali. Et rien ne justifie aussi le mensonge, le terrorisme du MNLA et de ses mentors contre la république du Mali. Incha Allah, le MNLA et ses suppôts seront vaincus comme Pharaon et son peuple imposteur ont été vaincus. Dieu fera disparaître le mensonge et le remplacera par la vérité.  L’habitant de l’eau «Ihette» en langue tamasheq, Mahamadou N’Djéri Maïga et ses partisans rendront compte un jour de tous leurs actes posés, incha Allah.

Les Maliens doivent garder leur sang froid et aller vers la vérité. Nous avons l’habitude de dire qu’on ne construit pas un pays avec du mensonge ou bien sur consultation des magiciens, cela conduit à la destruction d’un pays. S’agissant des listes électorales, ce sont les Maliens mêmes qui les ont créé, parce que beaucoup d’agents engagés pour faire le travail n’avaient pas le niveau requis. Il faut mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut.

Au Mali, dès qu’on entend qu’il y a de l’argent quelque part dans un travail, on amène son parent même s’il est nul dans le travail. Aussi des correcteurs dans certains examens nationaux tels que le BAC et l’IFM n’avaient pas le diplôme requis. C’est ce qui est arrivé dans un centre de correction.
Une fois dans une des IFM, une femme qui enseignait la musique s’était retrouvée dans la correction des sciences biologiques. Le RAVEC était trop sérieux pour le confier à des ignorants. Voilà que nous nous retrouvons encore dans des problèmes.

Maliens, soyons sérieux avec nous-mêmes car notre avenir en dépend.

Que Dieu enlève notre pays et son peuple dans ce trou et instaure la concorde dans nos cœurs. Amine.
Yacouba Aliou Bamako

MaliwebNord-Mali
Chaque jour qui passe, la France montre ses objectifs aux maliens. Dans la feuille de route remise aux autorités de transition, elle a demandé à discuter avec le MNLA. La demande a été exécutée et le résultat, est le préaccord de Ouagadougou. A présent, l’armée malienne n’est pas entrée...