Les transfuges du Mnla reconvertis en islamistes sévissent toujours dans la région de Tombouctou, notamment sur le tronçon entre Léré et Niafounké.mnla-mandat-arret touareg kidal

En effet la semaine dernière, des cars forains reliant la capitales au chef lieu de la région ont fait l’objet d’un braquage d’hommes armés venus de nulle part selon les victimes.

« C’est entre Léré et Niafounké, que notre car a été brusquement arrêté par des hommes enturbannés armés sur des Motos de marque DT125 appartenant certainement aux ONG et à l’Etat. Ils ont intimé au chauffeur de s’arrêter et nous ont fouillé individuellement pour nous dépouiller de tous ce qu’on avait comme argent et biens précieux. Ils ont ensuite disparu en direction de la Mauritanie », nous confie une victime répondant au de Mahamane ».

Selon lui, d’importantes sommes d’argent furent retirées avec des passagers qui transportaient de l’argent que des gens à Bamako ont voulu envoyés à des parents résidents dans la région.

Cette action vient à faire douter plus d’un quant à la libération de cette zone, qui tout vraisemblablement reste infectée par les fameux islamistes. Ils ne sont autres que des transfuges du fameux Mnla qui ont rejoint les islamistes.

Aujourd’hui, avec la débandade de ces derniers, ils ne savent plus à quel saint se vouer, car guettés par la faim, la soif alors ils s’attaquent à tout ce qu’ils trouvent.

Déjà certaines de nos sources nous ont indiqué la présence d’hommes armés dans cette zone, qui viennent braquer des pauvres citoyens et s’emparer de vivres et remontés dans les collines vers la Mauritanie.

Aujourd’hui nombreux sont les voyageurs qui hésitent à deux fois avant de prendre cette voie, mais comme c’est la seule voie pour relier le sud du pays, le choix n’est pas donné.

Il revient à l’Etat de prendre des mesures idoines pour sécuriser les villes libérées et les voie d’accès de ces zones.

Harber Maiga