Dans un communiqué rendu public hier mardi, le Coren rejette fermement toute idée d’organisation des élections sans Kidal et toute tentative de recyclage de ceux-là mêmes, par qui la nation malienne a tant souffert.corenLe Coren avait noté avec satisfaction que ses « messages sont compris et acceptés par nombre de Maliens et recoupaient largement les points de vue du président de la République par intérim dans ses précédentes déclarations. Les mandats d’arrêts internationaux lancés à l’encontre de certains membres des groupes terroristes dont le MNLA renforçaient le sentiment de justice auprès des populations du Nord ayant vécu neuf longs mois de calvaire et d’atrocités ».

Aujourd’hui, « force est de constater que depuis la rencontre de Bruxelles sur le devenir du Mali, les déclarations du président de la République par intérim laissent perplexes ».

« En effet, le MNLA qui avait été jusque-là disqualifié pour les négociations, est invité sans aucun préalable à la table de négociation, alors qu’il n’a pas varié d’un iota dans ses revendications et a continué à multiplier les actes de provocation, dont l’exigence pour ne pas dire la convocation faite au gouvernement de se rendre à Ouagadougou pour des négociations !

Informés depuis Paris, les Maliens ont la nette impression que leurs préoccupations de paix, de sécurité et de dignité et leur désir ardent de justice sont sacrifiés sur l’autel d’une géopolitique internationale en contradiction flagrante avec la souveraineté du Mali ».

« Pour sa part, le Coren demeure convaincu que la réconciliation ne pourrait se faire en tendant la main à des criminels qui n’ont ni déposé les armes et ni payé pour les crimes commis. Il attire l’attention des autorités maliennes sur le danger de continuer à privilégier les formes de revendications violentes par les armes au détriment de celles républicaines et démocratiques de nombre de nos compatriotes des autres communautés dont les arabes et l’immense majorité des Touaregs qui ne se reconnaissent ni dans le MNLA, ni dans l’Azawad ».

« Le Coren saisit cette occasion pour renouveler ses condoléances les plus attristées aux pays dont les soldats sont tombés pour la libération du Mali ».

Rassemblés par Youssouf C.