Operation Hydre armée française nord-mali desert

La vaste opération militaire baptisée « Hydre » lancée il y a une semaine dans le nord du Mali se poursuit dans la boucle du Niger. L’opération devrait durer jusqu’aux élections du 24 novembre. Des opérations de ratissage sont menées notamment à la recherche d’Abou Kaka le Sahawi, chef des islamistes du Mujao, à l’origine de l’explosion qui a détruit, début octobre, un pont reliant le Mali au Niger dans la région de Gao. Le Sahawi est décrit comme étant l’un des instigateurs des attaques qui ont endeuillé le nord du pays.

La dernière en date s’est produite mercredi 23 novembre à Tessalit. Des islamistes armés ont attaqué, à l’aide d’une voiture piégée et tirs à l’arme lourde, des positions de l’armée tchadienne, faisant au moins trois morts et plusieurs blessés. L’attaque a été revendiquée par Sultan Ould Bady, chef d’un petit groupe djihadiste lié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

 

Avant cela, le 7 octobre, un soldat malien avait été tué à Gao. Les tirs avaient été revendiqués par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). Le 28 septembre, c’est un attentat suicide à Tombouctou revendiqué par Aqmi qui a tué deux civils et quatre kamikazes. D’autres jihadistes proches du  leader d’Ansar Eddine Iyad Ag Ghaly sont dans le collimateur des militaires de cette opération. Nous vous signalions début octobre  l’arrivée à Kidal des djihadistes de plusieurs nationalités dont des Tunisiens, des Libyens, des Egyptiens et des Pakistanais. Ils sont rentrés dans la ville au moment même où le MNLA disait se retirer de l’accord de Ouagadougou. L’opération Hydre est la plus vaste menée depuis l’intervention militaire française et compte plus d’un millier de militaires maliens, français et de la MINUSMA. Le Mali, à lui seul, fournit un contingent de plus de 800 hommes.

 

De son déclenchement à maintenant, elle n’a rencontré aucune résistance majeure. Les jihadistes comme à leur habitude se sont à nouveau fondus dans la population pour échapper aux forces de sécurité.  » Partout où ils sont, nous allons les dénicher. Notre objectif est de finaliser l’élimination des bastions terroristes au nord du Mali. Et cela passera par l’élimination des meneurs dont Abou Kaka, etc.  » a déclaré une source de l’armée malienne.

 

 

 

Source: L’Indépendant

abdoulaye ouattaraNord-Mali
La vaste opération militaire baptisée « Hydre » lancée il y a une semaine dans le nord du Mali se poursuit dans la boucle du Niger. L’opération devrait durer jusqu’aux élections du 24 novembre. Des opérations de ratissage sont menées notamment à la recherche d’Abou Kaka le Sahawi, chef...