mouvement bandits armé rebelle touareg azawad negociation dialogue mnla hcua maa

Les affrontements entre deux factions rivales du MAA, dont l’une proche du Gouvernement et l’autre du MNLA, sont devenus réguliers depuis le retrait forcé de l’armée malienne de la région de Kidal et d’une partie des régions de Gao et Tombouctou. Le MAA dissident, réputé proche des séparatistes touaregs, serait discrètement soutenu par certains riches hommes d’affaires arabes. Lesquels seraient responsables de sociétés-écrans et évolueraient, le plus souvent, dans le commerce général, le transport ou le BTP.Parmi ceux-ci l’un des grands trafiquants de drogue du nord, Mohamed Ould Awaynatt, un Arabe mach-rouf du Tilemsi.   Il avait été arrêté en 2011 avec un certain Mohamed Ould Didi, dit Didi Rguibien du Sahara Occidental , dans l’affaire de ce mystérieux Boeing 727 venant du Venezuela et transportant de la cocaïne et d’autres produits illicites qui avait atterri, courant 2009, en catastrophe dans la région de Gao.

 

 

L’appareil avait déchargé son contenu puis avait été incendié par ses utilisateurs après avoir quitté la piste sur laquelle il avait atterri. Mohamed Ould Awaynatt figure sur la liste des personnes recherchées par la justice malienne pour le massacre des 160 soldats maliens commis à Aguelhok. Selon des sources concordantes, l’homme serait le principal financier de la viabilisation de la localité d’Inhalid ,à travers la réalisation de forages pour l’implantation du MNLA. Il continue sa collaboration avec ce mouvement à travers le MAA dissident. Il faut ajouter à cette liste de parrains du MAA, Oumar Ould Ahmed, un arabe berabiche, d’Oulad Idriss. Très proche d’Iyad Ag Ghaly, il est considéré comme étant l’un des principaux instigateurs des troubles qui agitent actuellement la communauté arabe.

 

 

S’y ajoutent Housséïni Ould Sidi Mokhtar alias Gugoz, opérateur économique, décrit comme étant à la tête d’un des plus grands réseaux de trafic de cocaïne dans la bande sahélienne, Abdallah Ould Alhousseyni alias M’Nanni, un Arabe Ahal Boujbeha, Abdallah Ould Lahmeim, un autre Arabe Ahal Boujbeha, promoteur d’une compagnie de transport du même nom, beau fils et homme de main de M’nanni et Sidi Ali Minni connu sous l’appellation de Sido, lui aussi proche de M’nanni dont il serait le beau- père. Il serait très proche de certains ministres et aurait, par le canal de ses relations, fait introduire Abdallah Ould Lahmeim auprès de certains hommes politiques maliens. On révèle aussi que ces influents opérateurs économiques avaient l’estime du régime du président Amadou Toumani Touré. Et étaient considérés comme des alliés du Mali pour combattre les rebelles touaregs et les narcojihadistes.

 

Des connexions au sein du MAA dissident remontent au sommet de l’Etat et certains ministres sont accusés à tort ou raison d’instrumentaliser ce mouvement dirigé par Mohamed Ould Sidatti et Hanni Ould Sidi Mohamed depuis le congrès de mars dernier à M’Zerickh. Courant mai, de violents combats avaient éclaté entre les deux factions du MAA dans la localité de Tanbankort contre des éléments du MAA qui avaient accepté le pré cantonnement. Ces combats ont fait plusieurs morts. Cette dissidence mène depuis un certain temps une lutte acharnée dans les localités d’Inafaragh (frontière algérienne) à Legmoyza (frontière mauritanienne).

 

Cela en vue d’assurer leur contrôle total sur toute la zone avec le soutien des séparatistes touaregs du MNLA.

 

Nous y reviendrons.

Abdoulaye DIARRA

SOURCE: L’Indépendant

kanteNord-Mali
Les affrontements entre deux factions rivales du MAA, dont l’une proche du Gouvernement et l’autre du MNLA, sont devenus réguliers depuis le retrait forcé de l’armée malienne de la région de Kidal et d’une partie des régions de Gao et Tombouctou. Le MAA dissident, réputé proche des séparatistes touaregs,...