Malinké originaire de Touba, dans la région de Koulikoro, Tamba Doucouré est l’un des opérateurs économiques ayant accepté d’aller à la rencontre des djihadistes, pendant que l’Etat malien et les partenaires avaient fui la région de Tombouctou, selon les témoignages. Une année durant, ses œuvres humanitaires ont permis d’évacuer près de 20.000 habitants de Tombouctou, au moment où la ville venait d’être occupée par les djihadistes, entre 2012 et 2013, confirment les témoins. Mais il a fallu un peu d’accalmie dans la ville pour que le milliardaire en faillite se contente avec un mauvais sort !

Au cœur de la ville des 333 saints, Tamba Doucouré qui était connu à travers sa fortune s’est finalement retrouvé en faillite. Il s’agit bien du jeune opérateur économique qui a préféré la sauvegarde de la vie de ses compatriotes plus que le monde des nantis. Selon les témoignages reçus, la chute du jeune Doucouré est due aux nombreuses œuvres humanitaires qu’il a apportées aux Maliens abandonnés par l’Etat. La scène incroyable, il faudra le souligner, s’est déroulée entre 2012 et 2013.Une époque où les djihadistes venaient d’occuper la ville des 333 saints. Par conséquent : beaucoup de militaires avaient fui. N’eut été l’intervention du jeune opérateur, évoquent certains témoins, les familles ; les agents des ONG et les militaires qui étaient sur place n’avaient aucune autre possibilité de quitter la ville. Dans une révélation récemment faite par lui-même, l’opérateur économique précise que son aide était d’abord destinée aux femmes, aux enfants des militaires, et peu après aux agents des services publics qui souhaitaient quitter Tombouctou. « Comme j’avais une compagnie de transport dénommée gallérie Doucouré et fils, les gens sont venus loger dans ma gare. Pour donc les aider en évitant de les exposer, j’ai approché les groupes djihadistes afin de les faire part mon souhait de transporter mes compatriotes vers le sud », a-t-il spécifié. En tant qu’opérateur économique et citoyen, dit-il, « j’ai été la première personne ayant rencontré les groupes armés, au lendemain de leur arrivée à Tombouctou ». Les djihadistes étaient surpris de voir « le courage et le risque que j’ai pris en allant à leur rencontre. Mais je suis parvenu à les convaincre, quand je leur ai dit que je fais ces œuvres au nom du miséricordieux ».C’est ainsi qu’ils ont laissé le jeune opérateur faire tranquillement son travail, d’après lui-même. Lequel boulot lui permettra d’évacuer près de 20.000 citoyens maliens de Tombouctou vers des différentes localités du pays. Tamba Doucouré se dit fier de pouvoir libérer plusieurs militaires des mains des djihadistes, avant de les faire sortir de la ville. Ces familles, agents de services et militaires ont été, à ses dires, gratuitement transportés par sa compagnie, au moment où l’Etat était absent dans la zone, de même que les autres compagnies de transport et les partenaires.

Tamba Doucouré, l’opérateur qu’assurait aussi le salaire des militaires à Tombouctou !

Longtemps silencieux sur la question, les critiques font que le bienfaiteur se voit dans l’obligeance de s’exprimer. Parce que malgré qu’il rendait cet immense service à la nation, les agents de sécurité lui faisaient payer 50.000f dans les postes où les autres ne donnaient que 5000F. Malgré les risques qu’il prenait, l’opérateur déplore qu’il soit traité de trafiquant de drogue par certaines personnes. Lesquelles estimaient qu’il avait aussi un intérêt particulier dans l’évacuation de ses compatriotes en détresse. Au-delà d’évacuation, l’homme assurait le paiement de salaire des militaires et agents des ONG de la ville. « Il n’y avait aucun établissement financier ni de banque dans la ville. C’est chez moi que tous les agents cherchaient leur salaire », a-t-il indiqué. Avec l’embargo terroriste de l’époque, Tamba s’est vu dans l’obligation d’intervenir en fournissant de carburants à l’EDM-SA et à la SOMAGEP. A cela s’ajoute la réparation du camp militaire de Hombori par le jeune opérateur avec plus de 200 millions CFA qui lui ont été remboursés après. Pour réhabiliter le camp de Samako, l’endroit où les bérets rouges s’entrainent, il dit avoir injecté 20 millions de F CFA. « J’ai pris en charge le transport de tous les élèves de Tombouctou, pour les épreuves spéciales qui avaient été organisées en leur nom à Mopti », a-t-il indiqué. Pour ses opérations d’évacuation de citoyens, il énonce qu’il pouvait perdre plus de 1 million par semaine. Voici tant des œuvres humanitaires qui ont fait que le jeune opérateur s’est subitement retrouvé en faillite. À l’heure où nous mettons cet article sous presse, cette rare personne se trouve esseulée. Pire, au lieu de lui féliciter dans son travail, l’homme dit avoir été plutôt convoqué à maintes reprises par la SC (Sécurité d’Etat). Parce que tout simplement il dépensait de sommes colossales pour pouvoir sauver la vie de ses compatriotes. Ces œuvres, confirmées avoir été réellement accomplies par Tamba Doucouré méritent d’attirer l’attention des nouvelles autorités. Parce que le fait de laisser une telle personne sans lui venir en aide après ce genre de service rendu en faveur des Maliens n’encourage pas les personnes de bonne volonté du pays. Avec la chute de l’entreprise de l’opérateur, l’Etat malien est interpellé face au sort de Tamba Doucouré.

Mamadou Diarra

Source: LE PAYS

MaliwebPeople
Malinké originaire de Touba, dans la région de Koulikoro, Tamba Doucouré est l’un des opérateurs économiques ayant accepté d’aller à la rencontre des djihadistes, pendant que l’Etat malien et les partenaires avaient fui la région de Tombouctou, selon les témoignages. Une année durant, ses œuvres humanitaires ont permis d’évacuer...