Le jeudi 15 avril, le ministre Porte-parole du Gouvernement Mohamed Salia Touré et son collègue de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Maiga, ont annoncé au cours d’un point de presse le chronogramme des élections référendaires et  générales à venir au Mali. Une grande avancée dans le processus de respect du délai imparti de 18 mois pour la période de transition

Au Mali les dates des élections sont désormais connues. Un chronogramme sous les feux des critiques depuis sa publication, mais force est de le reconnaître, cela n’enlève en rien la bonne foi des autorités de la transition à vouloir aller vite aux choses sérieuses afin que les 18 mois promus comme période de la transition soient réels et retenus dans l’histoire démocratique du Mali.

Selon l’axe 6 de la feuille de route de la transition portant sur l’organisation des élections, le Gouvernement devrait s’engager à élaborer un chronogramme des futures élections, organiser les élections référendaires et les élections générales. Ces élections sont censées mettre fin à la transition.

C’est dans ce cadre que le Gouvernement à travers le ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation a élaboré un chronogramme des élections, conforme au respect des 18 mois que la Charte de la transition s’était fixée.

A cet effet, l’élection la plus attendue et la plus significative est celle couplée du président de la République et des députes, qui aura lieu le dimanche 27 février 2022. Les seconds tours de ce scrutin sont prévus respectivement pour  les 13 et 20 mars 2022. Sur ce chapitre, le ministre Abdoulaye Maiga, a fait savoir que l’organisation de ces élections concomitamment permettra de réduire le coût des élections et d’éviter de convoquer les électeurs de façon répétitive, source d’épuisement et par conséquent, de baisse du taux de participation.  « Pour l’élection du président de la République et des députés, les dates proposées s’inscrivent dans le cadre du respect strict de la transition », a déclaré le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation.

Mais avant les élections générales, la Constitution du Mali de 1992 va être révisée au cours d’un referendum. Ce referendum se tiendra, selon le ministre Maiga, le 31 octobre 2021. Pour lui, cette date tient compte du temps qu’il faut aux consultations, à l’élaboration du projet de constitution, à son examen en Conseil des ministres et à son adoption par le Conseil national de la transition (CNT). Il est prévu une durée de 05 mois à compter du mois d’avril. Pour le ministre Maiga ce délai permettra de recueillir et de prendre en compte les aspirations du peuple malien.

Apres le scrutin référendaire, les élections des conseillers des collectivités, c’est-à-dire des conseillers communaux, des conseillers régionaux et des conseillers du district de Bamako auront lieu le 26 décembre 2021. Pour le ministre Maiga la totalité de ces élections coutera à l’Etat malien la somme de 96 milliards de FCFA.

A noter que la publication du chronogramme des élections générales du Mali intervient quelques jours après l’ultimatum lancé par la Maison Blanche qui avait poussé les autorités de la transition à publier le chronogramme des élections.

C’est peut-être cela qui explique l’argumentaire de certains observateurs et acteurs politiques, affirmant qu’il s’agit seulement de maintenir la confiance avec les partenaires extérieurs que ce chronogramme a été rendu public par le Gouvernement de la Transition. Tout compte fait, cela n’entache aucunement la bonne foi des pouvoirs publics de la transition à respecter la Charte et la volonté de passer le relai à un régime démocratiquement élu à partir d’un nouveau dispositif constitutionnel.

Adama Tounkara (stagiaire)

Source: Le Sursaut-Mali

MaliwebPolitique malienne
Le jeudi 15 avril, le ministre Porte-parole du Gouvernement Mohamed Salia Touré et son collègue de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Abdoulaye Maiga, ont annoncé au cours d’un point de presse le chronogramme des élections référendaires et  générales à venir au Mali. Une grande avancée dans le processus...