À son retour de New-York où il a tenu devant l’Assemblée générale de l’organisation des Nations Unies un discours salué au Mali et décrié ailleurs, le Premier ministre par intérim, le Colonel Abdoulaye Maïga a été reçu en audience par le président Assimi Goita.

 

À l’issue de l’audience avec le chef de l’État, le chef du gouvernement par intérim a évoqué de nouveau l’affaire des 46 militaires ivoiriens et ce qu’il appelle la synchronisation allant dans le sens de faire du Mali le bouc-émissaire dans cette situation.

« Nous avons tous assisté à la synchronisation, à une mise en scène et à l’harmonisation des éléments de langage pour faire passer notre pays de statut de victime au statut de coupable dans cette affaire », a déclaré le Colonel Abdoulaye Maïga à sa sortie d’audience.

Évoquant l’accueil chaleureux et populaire qui lui a été réservé à Bamako, le Premier ministre par intérim déclare qu’il en s’attendait pas à cela. « En toute franchise, nous avons été agréablement surpris », révèle-t-il.

Pour le Premier ministre par intérim le combat que les autorités du Mali mènent en ce moment n’est pas facile. Mais c’est un combat nécessaire pour les générations futures. « Le combat que nous menons est un combat difficile et nous ne le faisons pas pour nous mêmes mais pour les générations futures. Nous savons que ça ne serait pas simple mais nous nous battrons. Pour cela, il est important qu’il ait une cohésion nationale autour de ce combat. Nous devons aussi taire nos différends personnels tout en mettant l’intérêt du Mali au-dessus de tout. Cela passera impérativement par la cohésion et l’unité nationale », a plaidé le Premier ministre malien Abdoulaye Maïga.

Source : Actu Cameroun