L’ancien Président du Mali, Alpha Oumar Konaré  a régné de 1992 à 2002, avant de passer le témoin à ATT dans des conditions ténébreuses. Ce dernier a conduit, comme on le sait, le pays dans la situation catastrophique actuelle. Alpha oumar konare president malien union africaine elections 2013 dramane dembele adema pasj

Konaré qui  lui a  remis un chèque en blanc  voit ses nuits blanchir face à la perspective de la présidentielle 2013. Et pour cause : les multiples sondages classent IBK et Soumaïla Cissé au second tour de la présidentielle. Le premier fut son Premier ministre durant six longues années (1994 – 2000). Il s’en est servi avant d’ourdir un complot gigantesque contre lui  afin de l’évincer à la fois de la primature et de la présidence de l’ADEMA – PASJ. La suite vous la connaissez avec le départ anticipé d’IBK. On se souvient de la fameuse phrase de celui-ci à l’époque : « l’Adema qui se profile à l’horizon ne correspond  ni à mon éthique ni  à ma morale politique… ».

 

Le second, Soumaïla Cissé, fut également son ministre des Finances durant six ans avant d’occuper le super ministère des Transports, de l’Equipement, de l’Aménagement du territoire. Il sera, par la suite, désigné par les Abeilles candidat ADEMA à la présidentielle de 2002.

 

Le Président Konaré, qui avait toujours dit  qu’il portera le même maillot que son candidat  a pourtant trahi, au grand jour, Soumaïla Cissé au profit d’ATT. Conséquence : beaucoup de militants du parti ont suivi les orientations de Konaré. Soumaïla cissé a donc perdu contre ATT,  à cause de la traîtrise dont il a été victime.

 

Voilà qu’en 2013, les deux ministres, les plus brillants de l’ère Konaré, qui l’ont aidé à tenir le cap, à remettre le pays au travail, après les douloureux évènements de 1991,  s’imposent comme étant la solution de la crise malienne, au grand dam de Konaré, qui avait tout entrepris pour leur liquidation politique.

 

Ce qui explique certainement la grande fébrilité qui vient de le saisir. Lui qui n’a pas daigné piper un seul mot durant la longue crise sécuritaire et politique que le pays vit encore. Lui, qui avait dit qu’il ne sera jamais un ancien militant, est devenu muet comme une carpe, en laissant à son successeur le soin de gérer le pays à sa guise.

 

Konaré  est vraiment troublé et observe impuissant la liquidation du pays avec le débarquement de la MINUSMA. Il a certainement fait sa propre introspection. Résultat : il a décidé, selon plusieurs sources, de revenir sur la scène politique à la faveur de la présidentielle pour contrecarrer la carte IBK – Soumaïla Cissé, deux hommes que ses plus proches qualifient de « dangereux »  pour le pays et surtout pour Alpha, un homme à la rancune tenace.

 

Déjà, il a débuté les grandes manœuvres, la semaine dernière, en recevant en audience Dramane Dembelé, le candidat de l’Adema chez lui à Titibougou. Avec lui, il a eu un tête-à-tête de deux heures.

 

A l’issue de l’entretien, il a déclaré : « Dramane Dembelé est le meilleur de tous les candidats déclarés. Nous allons l’accompagner, l’encadrer et le soutenir. Il sera, incha Allah, le prochain président du Mali ».

 

De quoi galvaniser les partisans de Dramane et les fans de Konaré.

 

Chahana Takiou

MaliwebPolitique
L’ancien Président du Mali, Alpha Oumar Konaré  a régné de 1992 à 2002, avant de passer le témoin à ATT dans des conditions ténébreuses. Ce dernier a conduit, comme on le sait, le pays dans la situation catastrophique actuelle. Konaré qui  lui a  remis un chèque en blanc ...