Suite aux sanctions politiques, économiques et financières de la Communauté Economique des Etats de l’Afriques de l’Ouest (CEDEAO) contre le Mali, le 9 janvier 2022, le président de la transition, Colonel Assimi GOÏTA, chef de l’Etat, s’est adressé à la Nation, le 10 janvier 2022 pour inviter les Maliens au rassemblement afin de faire face aux défis de l’heure. « Même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la CEDEAO pour trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation. Notre engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé n’a jamais failli », a déclaré le président Assimi GOÏTA.

 

«Chers compatriotes, l’heure est au rassemblement de tous les Maliens sans exclusive pour réaffirmer nos positions de principe et défendre notre patrie. Chaque Malienne, chaque Malien où qu’il se trouve, doit se comporter en défenseur des intérêts supérieurs du Mali. Nous mesurons la gravité de la situation. Il revient à chacun de taire les divisions de quelque nature que ce soit et de se retrouver autour de l’essentiel qu’est le Mali, notre patrie.

Aussi, j’en appelle à une mobilisation constante et à une résilience face à la situation. L’histoire sociopolitique de notre pays nous a prouvé à maintes reprises qu’il nous fallait impérativement revoir en profondeur notre système afin d’éviter un éternel recommencement. C’est cela que nous avons tenté de faire comprendre aux Chefs d’État de la CEDEAO, car le Mali est un pays pour qui l’intégration africaine vaut la renonciation à une partie de son territoire », a indiqué le chef de l’Etat, Assimi GOÏTA dans son adresse à la nation.

Avant de demander aux Maliens de rester calme et serein. « Gardons à l’esprit que le chemin qui mène au bonheur est une voie dure et très dure. Toutefois, avec courage et dévouement, nous allons y arriver. Telle est l’essence de notre hymne national. La CEDEAO et l’UEMOA se sont assumées, nous en feront autant», a-t-il dit.  Pour lui, nul besoin de procéder à des actions de violences ; cela n’a jamais caractérisé les Maliens. « Je dois vous dire que même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la CEDEAO pour trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation.

Notre engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé n’a jamais failli. Nous appelons la CEDEAO, une fois de plus, à une analyse approfondie de la situation de notre pays en plaçant l’intérêt supérieur de la population malienne au-dessus de toute autre considération. 

Mes chers compatriotes, j’ai bien conscience des inquiétudes quant aux conséquences de ces mesures, mais je tiens à vous rassurer que des dispositions sont prises pour faire face à ce défi et que les actions d’approvisionnement se poursuivront », a souligné le chef de l’Etat.

Aguibou Sogodogo

Source : Le Républicain

MaliwebPolitique
Suite aux sanctions politiques, économiques et financières de la Communauté Economique des Etats de l’Afriques de l’Ouest (CEDEAO) contre le Mali, le 9 janvier 2022, le président de la transition, Colonel Assimi GOÏTA, chef de l’Etat, s’est adressé à la Nation, le 10 janvier 2022 pour inviter les Maliens...