Des partis politiques et regroupements de partis politiques du cadre d’échange pour une transition réussie au Mali regroupant une soixantaine de partis politiques ont rendu public, le 13 septembre 2021, un communiqué de presse pour réaffirmer que les « Assises Nationales de la Refondation » ne sont plus opportunes pour le temps restant de la Transition de 18 mois. A cet effet, ces partis politiques ont décidé de ne pas participer tant à la « préparation qu’à l’organisation des Assises Nationales de la Refondation, si malgré tout le gouvernement décidait de les maintenir dans les conditions annoncées par le Premier ministre lors de la présentation du Plan d’Actions du Gouvernement (PAG) devant le Conseil National de Transition (CNT) ». Par ailleurs, ces partis politiques ont rejeté l’Organe Unique de Gestion des Elections (OUGE) préconisé par le Gouvernement en lieu et place de l’Organe Unique et Indépendant de Gestion des Elections (OUIGE).

Les Partis et Regroupements des partis politiques du Cadre d’échange pour une Transition réussie au Mali ont tenu la session hebdomadaire de la réunion du directoire, le samedi 11 septembre 2021, au siège de l’Alliance « Ensemble Pour le Mali » (EPM).  Ils ont procédé, au cours de leur réunion, à une analyse approfondie de la situation sociopolitique, sécuritaire et de la pandémie de la COVID-19 au Mali, ainsi que celle financière et alimentaire du pays, notamment la flambée des prix des produits de première nécessité. A l’issue de leurs échanges francs et profonds, ils ont décidé d’informer l’opinion nationale et internationale sur certains faits. Dans son communiqué de presse, la Coalition de partis politiques dit avoir constaté « la très grande convergence des points de vue des forces politiques essentielles du pays (partis et regroupements des partis politiques membres du cadre d’échange pour une transition réussie au Mali, URD, PARENA, MOREMA ainsi que le M5-RFP) autour des principales préoccupations contenues dans leur mémorandum du 24 août 2021, à savoir le respect de la durée de 18 mois de la transition et l’organisation des élections générales (présidentielle et législatives), le 27 février 2022 ». En outre, la Coalition de partis politiques dit avoir pris acte de la détermination du Premier ministre de mettre en œuvre un Organe Unique de Gestion des Elections (OUGE) à travers la relecture de la loi électorale, l’installation d’un directoire national et des démembrements au niveau régional, local et dans les Ambassades et Consulats du Mali à l’extérieur, en lieu et place de l’Organe Unique et Indépendant de Gestion des Elections (OUIGE), recommandé par le Dialogue National Inclusif, dont la mise en œuvre impose la relecture de la Constitution du 25 février 1992. Par ailleurs, la Coalition de partis politiques déplore l’absence d’un « cadre formel de concertation entre les partis politiques et le Gouvernement autour de la conduite de la transition politique au Mali qui n’est ni inclusive ni participative ». « Nous, Partis et Regroupements des partis politiques pour une Transition réussie au Mali : réaffirmons que les « Assises Nationales de la Refondation » ne sont plus opportunes pour le temps restant de la Transition de 18 mois ; décidons de notre non-participation tant à la préparation qu’à l’organisation des « Assises Nationales de la Refondation », si malgré tout le gouvernement décidait de les maintenir dans les conditions annoncées par le Premier ministre lors de la présentation du Plan d’Actions du Gouvernement (PAG) devant le Conseil National de Transition (CNT) ; rejetons l’Organe Unique de Gestion des Elections (OUGE) préconisé par le Gouvernement en lieu et place de l’Organe Unique et Indépendant de Gestion des Elections (OUIGE) recommandé par le Dialogue National Inclusif pour sa non-pertinence dans le temps restant de la transition et demandons de s’en tenir aux conclusions de l’atelier de relecture de la loi électorale organisé par le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, les 29 et 30 juin 2021 », révèle le communiqué de presse de la Coalition de partis politiques. La soixantaine de partis politiques déclare dans son communiqué de presse du 13 septembre 2021, que le Chef du gouvernement, Dr Choguel Kokalla MAIGA est seul responsable pour tout dérapage éventuel relatif au respect de la durée de la Transition. Les Présidents des Partis et Regroupements Politiques du Cadre d’Echange pour une Transition Réussie au Mali signataires de ce communiqué sont entre autres : EPM, Espérance Nouvelle-Jigiya Kura, ARP, Adema-PASJ, ASMA-CFP, UM-RDA, YELEMA.

A rappeler que lors de sa rencontre avec la classe politique, le 27 août 2021, à Bamako, le Premier ministre, Dr Choguel K Maïga a fait savoir que les Assises Nationales de la Refondation se tiendront fin septembre-début octobre 2021.  « Nous voulons que ces assises soient inclusives, que ces assises aboutissent à des résultats exécutoires par d’abord le gouvernement de transition et le relai sera pris par les autorités qui viendront après les élections. Les assises nationales de la refondation (ANR) doivent se tenir fin septembre-début octobre »,  a déclaré Dr Choguel K Maïga.

Aguibou Sogodogo

Source: Le républicain

MaliwebPolitique
Des partis politiques et regroupements de partis politiques du cadre d’échange pour une transition réussie au Mali regroupant une soixantaine de partis politiques ont rendu public, le 13 septembre 2021, un communiqué de presse pour réaffirmer que les « Assises Nationales de la Refondation » ne sont plus opportunes...