Si le Comité exécutif (CE) ne s’implique pas, la section Adema de Bankass risque de voler en éclats dans les jours à venir. Le problème: la désignation des candidats pour les législatives.

logoADEMA

Pour arrondir les angles, selon nos sources, les pourparlers sont en cours entre les deux sérieux prétendants: le secrétaire général de la section, Ousmane GUINDO, et son adjoint, Bonso GANA.

Déjà, certaines sous-sections menacent de claquer la porte si le second cité, Bonso GANA, est désigné comme candidat.

Les regards sont donc tournés vers le comité exécutif de l’Adema.

En effet, le parti de l’Abeille, l’Adema, dans sa nouvelle dynamique de la mouvance présidentielle et dans la perceptive des législatives, est en train de nouer des alliances avec le RPM et ses alliés dans plusieurs circonscriptions électorales.

Généralement, l’alliance est constituée d’un candidat par parti politique.

Pour le cas de Bankass, l’alliance devrait être scellée probablement entre le RPM-l’Adema-l’URD ou la CODEM.

En tout cas, l’ancien parti majoritaire semble confronter, dans certaines de sections, au choix des hommes pour les législatives.

D’ailleurs, l’Adema n’est pas le seul parti confronté à cette réalité politique. Beaucoup d’autres formations politiques sont actuellement dans la même turbulence incertaine, transportée sur la place publique ou pas.

La section Adema de Bankass n’échappe guère à cette dure réalité.

Pour éviter le naufrage total, le CE/Adema est appelé à s’impliquer pleinement pour calmer la partie.

Sinon, l’implosion de la section de Bankass sera un autre coup dur pour l’Adema après la défection en cascades dans ses rangs à Kidal et à Nara.

Par Hamidou TOGO

 

Source: info-matin