Dans sa déclaration, le 13 janvier 2022, sur les sanctions de la CEDEAO contre le Mali, le parti Alliance du Peuple pour le Développement, l’Assainissement et la Solidarité (APDAS) demande à tous les Maliens de créer une union sacrée autour de l’essentiel. Intégralité de la déclaration signée du président Tidiane TRAORE.

C’est avec préoccupation que l’Alliance du Peuple pour le Développement, l’Assainissement et la Solidarité (APDAS) analyse la situation des sanctions prises contre le Mali, le 09 janvier 2022, par les sommets extraordinaires des Chefs d’Etats de l’UEMOA et de la CEDEAO.

Ces dernières sanctions disproportionnées frappent de plein fouet les innocentes populations qui souffrent déjà sous les affres d’une grave crise multidimensionnelle bien connue par le monde entier depuis près d’une décennie.

Alors, conformément à ses valeurs fondées sur la solidarité, l’union et la justice sociale, le parti APDAS demande à tous les maliens et à toutes les maliennes de créer une union sacrée autour de l’essentiel sans disperser nos efforts dans des querelles intestines avec des propos haineux, des accusations malveillantes et des délations qui ne cessent de nous diviser même en ce moment où nous devons nous rappeler, à chaque instant, la devise de notre pays : « Un Peuple, Un But Une Foi. Avec le patriotisme affiché par les uns et les autres, le Mali peut surmonter tous les obstacles si nous mettons de côté nos différences pour nous entendre sur les valeurs qui nous rassemblent.

Par ailleurs, l’APDAS rappelle que le Mali est un pays important dans la sous-région par son, histoire, ses ressources humaines, culturelles naturelles. C’est pourquoi nous avons marqué de nos empruntes toutes les organisations régionales et sous-régionales dont nous sommes membres car nos prédécesseurs avaient conscience que malgré notre grandeur, le Mali et les autres pays ont des intérêts partagés pour le développement de chacun. Nous devons renouer avec notre grandeur sans faire d’amalgame entre le patriotisme et le rejet des autres ou une autre forme d’isolationnisme.

Enfin, c’est avec humilité que l’APDAS demande à nos autorités et aux décideurs de la CEDEAO de trouver rapidement une solution à cette situation, quelques soient leurs divergences, car le peuple malien n’a rien fait pour mériter cette souffrance supplémentaire qui risque de s’aggraver si ça dure.

Cyril Adohoun

Source: L’Observatoire