Le Premier ministre de transition avait promis, sans doute, à l’intention de la communauté internationale, un « gouvernement inclusif ». La montagne a accouché d’une souris.

 

A l’arrivée, c’est un gouvernement exclusif, de 28 membres qui a été rendu public.

Les jalons d’une transition non inclusive et de la fuite en avant ont ainsi, été posés.

Nous sommes inquiets des risques d’instabilité liés à une transition non consensuelle et aux manquements des engagements pris solennellement devant le peuple malien et la communauté internationale.

Nous condamnons la violation flagrante des conclusions du Dialogue national inclusif et de la Charte de la Transition qui fixent le nombre de ministres au maximum à 25.

Les saignées financières résultant de cette rupture du consensus sur la taille du gouvernement sont inacceptables!

Nous jugerons le Premier ministre et son gouvernement à l’œuvre, à leur capacité à stabiliser le pays et à amorcer l’organisation d’élections régulières et crédibles dans les délais annoncés.

Enfin le PARENA lance un appel à la tenue de consultations des forces vives du pays pour adopter une nouvelle Feuille de Route adaptée à la durée restante de la Transition afin de forger un consensus national sur les prochaines étapes.

Bamako, le 12 juin 2021.

MaliwebCommuniqué de pressePolitique
Le Premier ministre de transition avait promis, sans doute, à l’intention de la communauté internationale, un « gouvernement inclusif ». La montagne a accouché d’une souris.   A l’arrivée, c’est un gouvernement exclusif, de 28 membres qui a été rendu public. Les jalons d’une transition non inclusive et de la fuite en...