L’ancien collègue du nouveau Premier ministre, Moctar Ouane s’est prononcé sur l’actualité. Le regard d’Oumar Ibrahim Touré s’est porté sur les empoignades autour des postes ministériels. Pour lui, la classe politique devrait se mettre en retrait et légiférer. Depuis la nomination de Moctar Ouane, ça se bouscule pour intégrer son gouvernement. Saluant le choix porté sur son collègue des Affaires Etrangères alors qu’il était aux commandes de la Santé, le président de l’Alliance Pour la République (APR) tranche : « les chapelles politiques devraient se tenir à carreaux ».

Pour avoir été témoin et acteur des dernières Transitions de 1991 et 2012, il tient à éviter une politisation des choses. Les choix faits lors de ces moments ont été favorables à la classe politique qui sera à l’origine des secousses affaiblissant la Politique Générale d’alors. Le retrait prôné par l’ancien Commissaire à la Sécurité Alimentaire (CSA) est une occasion de faire le « mea culpa » et revenir fort en fin de Transition lors des prochaines élections.

« Une équipe de technocrates selon lui, ferait l‘affaire car aucun agenda ne pourra distraire la mise en place des réformes dédiées aux peuple malien. Les calculs politiciens seront alors exemptés permettant d’aller dans le sens de la refondation prônée depuis l’avènement de la junte de Kati ».

Néanmoins, (…)

BAMOÏSA

NOUVEL HORIZON

Maliwebmaliweb netPolitique
L’ancien collègue du nouveau Premier ministre, Moctar Ouane s’est prononcé sur l’actualité. Le regard d’Oumar Ibrahim Touré s’est porté sur les empoignades autour des postes ministériels. Pour lui, la classe politique devrait se mettre en retrait et légiférer. Depuis la nomination de Moctar Ouane, ça se bouscule pour intégrer...