Les contestations électorales de l’année dernière ont joué un rôle déterminant dans l’avènement de la crise que connaît aujourd’hui notre pays. De l’avis de beaucoup d’observateurs, seules des élections libres, transparentes, sincères permettront, à nouveau, de recréer le climat de confiance indispensable entre l’élite politique et les populations. Toutes choses qui justifient la tenue, à la Cour suprême, d’un colloque national sur le contentieux électoral sur la thématique : «Le rôle de la justice dans l’organisation des élections».

 

La cérémonie d’ouverture de la rencontre était présidée hier par le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mahamadou Kassogué. L’événement, qui a enregistré la présence des acteurs du secteur judiciaire, de la société civile, des partis politiques, était couplé au lancement des activités du projet de l’Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (Unitar) pour le renforcement des capacités du système judiciaire et la promotion de l’état de droit au Mali.

Prévu pour trois jours, ce colloque est l’occasion de faire l’état des lieux en matière de contentieux électoral. Mais aussi de réfléchir et d’échanger sur les bonnes pratiques devant permettre des élections paisibles et transparentes afin de doter notre pays d’institutions légitimement fortes pour être à la hauteur des défis complexes et multiples auxquels il fait face.
En somme, il s’agit de réfléchir sur les aspects techniques relevant du secteur de la justice, liés à l’organisation d’élections, dans un climat de paix et de transparence, de manière à garantir la sincérité du scrutin et la légitimité des élus.

Le représentant de l’ambassade d’Allemagne au Mali a déclaré que la formation de 1.850 acteurs de la justice et de la société civile marque un évènement important dans la politique actuelle du Mali. Pour Julian Stueber, elle répond à un besoin de renforcement des capacités des acteurs dans le processus électoral et judiciaire.

Le diplomate a précisé que les élections sont en effet, le processus fondamental de légitimation de l’exercice du pouvoir public. Et de déduire que la Transition actuelle sera déterminée par des réformes, notamment celle de l’état de droit et du système judiciaire et des procédures afférant au processus électoral.

La construction et le maintien de l’état de droit sont aussi une tâche permanente dans tous les pays. Le fait que le gouvernement de Transition s’attèle à cette tâche est un signe de sa volonté louable de réformes.

«C’est pour cela que l’Allemagne soutient ce processus de réformes et est partenaire pour cette formation afin de bâtir ensemble un Mali qui soit stable et durable dans le respect des procédures d’un état de droit», a rassuré Julian Stueber.

Selon le Garde des Sceaux, les autorités de la Transition ont nourri une véritable ambition pour la justice, celle d’améliorer la qualité du service public de la justice. La mise en œuvre de cette volonté a amené le ministre Mahamadou Kassogué à aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs et des partenaires de la justice afin de réussir la mission, à lui confiée, qui consiste à moderniser notre justice, à restaurer l’autorité et l’utilité sociale de l’État à travers la fourniture des services sociaux de base. Mais aussi, à renforcer la lutte contre l’impunité et à accentuer la lutte contre la corruption.

Pour le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, la formation des acteurs de la justice sur les enquêtes financières entre en droite ligne des réformes engagées dans le domaine de la lutte contre la corruption et la délinquance économique et financière.

Parlant du projet Unitar, Mahamadou Kassogué s’est réjoui des thématiques retenues sur lesquelles devraient être assurées les formations des 1.850 acteurs de la justice et des organisations de la société civile.Il s’agit du contentieux électoral, du respect des règles d’éthique et de déontologie dans le secteur judiciaire et des enquêtes financières.

Marietou KOITÉ

Source : L’ESSOR

MaliwebJusticePolitique
Les contestations électorales de l’année dernière ont joué un rôle déterminant dans l’avènement de la crise que connaît aujourd’hui notre pays. De l’avis de beaucoup d’observateurs, seules des élections libres, transparentes, sincères permettront, à nouveau, de recréer le climat de confiance indispensable entre l’élite politique et les populations. Toutes...