Le secteur agricole est de plus en plus affecté depuis quelques décennies par les effets du changement climatique. Les conséquences du dérèglement climatique perturbent les activités socio-économiques d’une population à faible capacité de résilience. Face à ces multiples défis, l’Institut d’économie rurale (IER) et le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), travaillent pour la mise au point de technologies appropriées pour accompagner les acteurs du secteur rural et pour une amélioration sensible de la production et de productivité agricoles, tout en minimisant les risques environnementaux.

 

Cela dans le cadre de l’Accord de coopération scientifique entre le Cirad et l’IER. Une réunion de concertation pour le suivi de cette convention s’est tenue, hier dans un hôtel de la place. La rencontre a enregistré la présence du président directeur général de Cirad, Michel Eddi et du directeur général de l’IER, Dr Abdoulaye Hamadoun.

Pour le directeur général de l’IER, cette concertation vise à faire le bilan de leurs réalisations. Il s’agissait également de se projeter dans le futur afin de mieux cerner les problématiques à analyser. Car, dira Dr Abdoulaye Hamadoun, les effets imprévisibles et néfastes du changement climatique imposent des approches innovantes de recherche en matière de mesure et de suivi de la dynamique des gaz à effet de serre.

Pour ce faire, au cours de cette réunion, les réflexions ont porté sur des projets et programmes intégrés. Ceux-ci se rapportent à la gestion des ressources naturelles, à l’amélioration du système d’élevage, à la gestion des massifs forestiers pour permettre un développement durable où, les agriculteurs se situent au centre du dispositif avec des rendements plus élevés dans un environnement sécurisé, expliquera Dr Abdoulaye Hamadoun.

«Il nous revient alors de renforcer notre collaboration sur des projets structurants intégrant les dimensions de développement des infrastructures et de renforcement des capacités de nos structures à l’échelle des enjeux actuels du développement», a-t-il insisté. Le patron de l’IER a réitéré la disponibilité constante de sa structure à travailler activement avec le Cirad et d’autres partenaires pour l’atteinte des objectifs de sécurité alimentaire, nutritionnelle et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Pour sa part, le président directeur général de Cirad a ajouté que cette réunion visait à faire le point d’un certain nombre de projets réalisés au profit de nos régions. Pour Michel Eddi, ces projets sont les résultats d’une coopération entre le Cirad et l’IER qui, selon lui, mobilisent des partenariats à l’échelle régionale. Il a indiqué que la problématique de l’impact du changement climatique sur l’agriculture, l’alimentation et l’élevage est commune à tous les pays de la région.

«C’est ensemble que nous travaillons en coopération pour y répondre. Nous avons accéléré la coopération entre la France et les pays du Sahel aussi bien qu’entre le Mali et la France, et entre le Cirad et l’IER pour être des chercheurs capables de trouver des réponses aux questions de développement durable, de sécurité, d’alimentation des populations», a-t-il précisé.

Fadi CISSE

Source : L’ESSOR

MaliwebCoopération
Le secteur agricole est de plus en plus affecté depuis quelques décennies par les effets du changement climatique. Les conséquences du dérèglement climatique perturbent les activités socio-économiques d’une population à faible capacité de résilience. Face à ces multiples défis, l’Institut d’économie rurale (IER) et le Centre de coopération internationale...