Dans un tweet, le président de la Transition malienne, le colonel Assimi Goïta a affirmé avoir échangé avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres à qui il a exprimé son engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé.

Le Mali est ouvert au dialogue pour le retour du pays à l’ordre constitutionnel. Oui, le président de la transition le prouve à chacune de ses sorties. En effet, le mercredi dernier, il a exprimé au secrétaire général des Nations Unies son engagement à un retour à l’ordre constitutionnel. « J’ai eu un long entretien téléphonique avec le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres », a déclaré Colonel Assimi Goïta, dans un tweet mercredi. A lui, le président malien a réitéré son engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel.  « Je lui ai transmis notre engagement pour un retour à l’ordre constitutionnel normal, apaisé et sécurisé et l’ai invité à encourager la communauté internationale à accompagner notre pays ».

Dans un discours au lendemain des sanctions infligées contre le Mali par la CEDEAO et l’UEMOA, le président de la transition a réitéré son engagement pour le dialogue. « Même si nous regrettons le caractère illégitime, illégal et inhumain de certaines décisions, le Mali reste ouvert au dialogue avec la CEDEAO pour trouver un consensus entre les intérêts supérieurs du peuple malien et le respect des principes fondamentaux de l’organisation », a-t-il souligné dans un discours diffusé à la télévision publique. Le lendemain, la CEDEAO a aussi exprimé sa disponibilité pour le dialogue avec le Mali :« La CEDEAO reste disponible pour accompagner le Mali pour le retour à l’ordre constitutionnel à travers des élections crédibles dans un délai raisonnable et réaliste ». Une position réitérée par le président de la Cote d’ivoire : « Notre souhait serait que ça soit levées le plus rapidement possible mais pour cela, il faut un chronogramme crédible une application de ce chronogramme pour faire des élections dans des délais rapprochés ».

Le mercredi dernier, selon Serge Daniel, le président de la République du Togo a effectué une brève visite à Bamako. ET lors de son séjour, il a rencontré les autorités de la transition. Compte tenu de tous ces aspects, on peut dire que les lignes bougent en faveur du dialogue entre le Mali et la communauté internationale, notamment la CEDEAO.

B. Guindo

Source: LE PAYS