“Le regroupement Espoir Mali Koura, membre fondateur du mouvement du 05 juin 2020, M5-RFP, tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’il n’a été ni consulté, ni informé, encore moins associé au processus de formation de ce gouvernement ». Cette déclaration faite dans un communiqué de presse signé le 14 juin 2021, par le Coordinateur d’Espoir Mali Koura (EMK), sonne aujourd’hui comme une fausse note dans la mise en place du Gouvernement de Choguel K. Maïga.

 

En définitive, avec cette sortie de l’EMK, l’on peut sans risque de se tromper dire que Choguel K. Maïga, est à la croisée de tirs groupés de ses partenaires et de ses adversaires. Depuis la mise en place de son Gouvernement, ils ne ratent aucune occasion pour dénoncer le manque d’inclusivité dans le processus de désignation des ministres. Et, pire. Cela laisse transparaître l’absence d’un minimum d’accord entre l’ex-junte et le M5-RFP sur comment aller au changement tant attendu.

Il y a environ une semaine, des partis politiques et des regroupements politiques comme l’EPM, l’ADEMA, le PARENA sont montés au créneau pour dénoncer dans des déclarations la violation de l’exigence de l’inclusivité du Gouvernement de Transition. Aujourd’hui, c’est le tour de l’EMK, un regroupement fondateur du M5-RFP, dont est issu le Premier Ministre Choguel K. Maïga, de monter sur ses grands chevaux. « Le regroupement Espoir Mali Koura, membre fondateur du mouvement du 05 juin 2020, M5-RFP, tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’il n’a été ni consulté, ni informé, encore moins associé au processus de formation de ce gouvernement », indique le Coordinateur de l’EMK dans un communiqué de presse.

Cette sortie de l’EMK pose la question de cohésion au sein du M5-RFP. De nombreux maliens se demandent s’il y a eu un véritable débat au sein du M5-RFP sur la proposition du Président de la Transition de lui donner la Primature suite à l’éviction du Premier Ministre Moctar Ouane. Et, du coup l’on est en droit de se questionner sur les marges de manœuvre du Premier Ministre Choguel K. Maïga ? En tout cas, s’il n’y a pas eu une forte concertation entre les membres du M5-RFP pour trouver la bonne stratégie pour imposer le changement, il faut craindre que Choguel K Maïga ne fasse de la figuration à la tête d’un gouvernement dont-t-il va rapidement perdre le contrôle des membres.

Et, cette sortie de l’EMK vient convaincre l’opinion publique qu’une partie du M5-RFP s’est ruée dans les brancards dès qu’il a été dit que la Primature revenait à leur regroupement hétéroclite, où les premiers responsables, contrairement à leurs discours, songent plus à leur promotion personnelle, qu’à tirer le Mali du gouffre.

En principe, le M5-RFP ne devait pas prendre la primature pour la forme. Il devait après une longue concertation avec ses membres convenir d’un certain nombre d’actions qu’il compte conduire pour sauver le Mali. Et, de façon publique, un accord devrait intervenir entre le M5-RFP et l’ex-junte qui détient la réalité du pouvoir, sur la mise en œuvre de ses actions urgentes. Et, les membres du gouvernement devraient être choisis sur la base de leurs capacités à conduire ces actions prioritaires.

Malheureusement, sûrement trop pressés d’occuper le fauteuil du Premier Ministre, Choguel K. Maïga et ceux qui lui sont proches au sein du M5-RFP, ne se sont pas donnés des garanties d’avoir les mains libres pour impulser le changement dans le sens souhaité par le peuple malien. Et, dans un tel contexte, il faut craindre que le gouvernement ne continue de fonctionner sur la base d’un pilotage à vu, source de tous nos malheurs. En plus du pilotage à vu qui sera imposé au gouvernement, il faut craindre que Choguel K. Maïga ne soit obligé d’avaler de grosses couleuvres en état de putréfaction avancée.

Et, le changement tant annoncé arrivera avec les deux pieds cassés. Le Peuple Malien pourra attendre.

Assane Koné

Source: Notre nation

MaliwebPolitique
'Le regroupement Espoir Mali Koura, membre fondateur du mouvement du 05 juin 2020, M5-RFP, tient à informer l’opinion nationale et internationale qu’il n’a été ni consulté, ni informé, encore moins associé au processus de formation de ce gouvernement ». Cette déclaration faite dans un communiqué de presse signé le...