Le Premier ministre Moctar OUANE, à l’occasion de la rupture de jeûne collective, avec les partenaires sociaux, ce vendredi 30 avril, a réitéré l’engagement du Gouvernement d’instaurer de nouvelles relations sociales dans le pays fondées sur le dialogue et l’écoute mutuelle qui caractérisent notre vieille nation.

Voici un extrait de son discours.

Le 1er mai est le symbole vivant de ces conquêtes, symbole de la dignité de l’homme qui gagne sa vie à la sueur de son front. Au demeurant, c’est être libre que de pouvoir travailler dans des conditions décentes avec des rémunérations conséquentes, en fonction de son talent, de son énergie et de son temps. C’est une célébration du mérite, sans distinction de race, de sexe, de religion, d’origine sociale.

L’ambition du Gouvernement, que j’ai l’honneur et la charge de diriger, est d’instaurer de nouvelles relations sociales dans le pays, fondées sur le dialogue et l’écoute mutuelle qui caractérisent notre vieille nation.
Le traitement de vos revendications, il convient de le dire sans ambiguïté, fait partie des priorités des priorités dans les réformes inscrites sur l’agenda de la Transition. Un des six axes du Plan d’Action Gouvernemental vous est consacré à travers l’adoption d’un Pacte de stabilité sociale. Pour nous, il s’agit de créer, avec vous, les bases solides d’une refondation de la gouvernance économique et sociale. Un tel projet, inconcevable sans votre participation active, a pour moteur un dialogue social, ouvert dynamique et fécond.
Dans cette perspective, nous envisageons de mettre en place un système national de dialogue social, structuré et structurant, à travers une conférence sociale qui est l’une des actions majeures de l’axe en question. Prévue dans environ deux semaines, la conférence va regrouper tous les partenaires sociaux avec pour finalité l’apaisement du front social de manière pérenne et la facilitation de la mise en œuvre des réformes.
Le Gouvernement a pour ambition de mettre en place, avec votre participation active et celle de l’ensemble des partenaires sociaux, les bases essentielles d’un système de concertation sociale stable, efficient et durable. Cet objectif ne peut être atteint sans vous. Cet objectif ne peut être atteint contre vous.
La volonté politique du Gouvernement demeure intacte et l’engagement des organisations d’employeurs et de travailleurs reste ferme quand il s’agit de construire le socle d’une véritable culture de dialogue social au Mali.
La crise de la Covid-19 actualise et rend impératif le besoin de faire de ce dialogue une urgence politique en même temps qu’un instrument moderne de gestion des relations de travail et de production. Condition d’efficacité de notre Administration, de productivité de notre tissu économique et de promotion du travail décent, la paix sociale est à ce prix.
Nous n’oserions pas insulter votre intelligence et votre expérience syndicale en pensant qu’il suffit d’un repas, fût-il en cette période sacrée, pour gommer nos désaccords sur certains points. Mais nous savons, qu’avec engagement patriotique et sens du compromis, nous saurons gagner ensemble, en trouvant le point de convergence entre les revendications légitimes et les possibilités d’une Transition, courte par définition et limitée dans ses moyens.

De même, il faut à tout prix veiller à préserver l’outil économique et sa capacité à faire face à la problématique de l’emploi, notamment de notre jeunesse. Je ne nourris pas d’inquiétude particulière à ce sujet, car ayant foi en votre amour du Mali, notre vaisseau commun.
Je vous souhaite une bonne suite de Ramadan et une excellente fête du 1er mai.
Je vous remercie de votre aimable attention.

Source : INFO-MATIN

MaliwebPolitique
Le Premier ministre Moctar OUANE, à l’occasion de la rupture de jeûne collective, avec les partenaires sociaux, ce vendredi 30 avril, a réitéré l’engagement du Gouvernement d’instaurer de nouvelles relations sociales dans le pays fondées sur le dialogue et l’écoute mutuelle qui caractérisent notre vieille nation. Voici un extrait de...