Des hommes de l’entourage de l’ancien président Amadou Toumani Touré (des politiciens et des hommes d’affaires) sont concernés, notamment Cheick Amadou dit « Bany » Kanté.

mahammar khadafi ex president lybien cote ancien president français nicolas sarkozy
Dans un article publié, hier 18 juillet 2014, le site internet de Jeune Afrique a révélé qu’un “rebondissement dans l’enquête sur le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi en 2007” vient de se produire, avec la “demande d’entraide judiciaire internationale” que la justice française vient d’adresser au Mali. “Soupçonnant certains hommes d’affaires maliens d’être impliqués dans l’affaire, … la justice française a officiellement déposé une demande d’entraide judiciaire internationale au gouvernement malien”, écrit le confrère Jeune Afrique qui dit avoir pris connaissance du document.
“Parvenue le 15 août au ministère de la Justice à Bamako, par le biais de l’ambassade de France”, la demande d’entraide judiciaire internationale “concerne le financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007 par l’ancien « Guide » libyen Mouammar Khadafi, alors que M. Sarkozy était ministre de l’Intérieur”, écrit le confrère.
Alors qu’il occupait ce portefeuille, Nicolas Sarkozy s’est rendu au moins deux fois au Mali, en février 2003 et mai 2006.
Toujours selon Jeune Afrique, “la demande d’entraide cite, côté français, Jean-François Copé, alors ministre du Budget, Brice Hortefeux, ministre des Collectivités locales, et Ziad Takieddine, homme d’affaires franco-libanais. Selon une source proche du dossier, l’entourage de l’ancien président Amadou Toumani Touré, politiciens et hommes d’affaires, est cité dans la demande d’entraide. Parmi les personnes concernées figure notamment Cheick Amadou « Bany » Kanté.”
BANY KANTÉ, LE « PORTEUR DE VALISES »
Compte tenu de la proximité que Cheick Amadou « Bany » Kanté avait avec le régime Libyen, celui-ci est soupçonné d’avoir joué un rôle de garçon de course. De porteur de valises des fonds destinés au financement de la campagne de Sarkozy en 2007. Selon Jeune Afrique « Bany » Kanté gérait certains investissements libyens au Mali. Ex-DG d’Air Mali, représentant de la Libyan Africa Investment Portfolio (LAP) et secrétaire national adjoint du parti pour le développement économique et social (Pdes) – le parti d’ATT -, il est soupçonné d’avoir joué un rôle de « porteur de valises » dans l’affaire du financement présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi.”
L’homme d’affaires franco-libanais Gérard Achcar, président de la société AMI (Achcar Mali Industrie), serait lui aussi concerné. “Mediapart avait ainsi révélé qu’en 2005, Jean-François Copé, à l’époque ministre du Budget, avait consenti à l’homme d’affaires franco-libanais Gérard Achcar, président de la société AMI (Achcar Mali Industrie), l’effacement des deux-tiers d’une dette fiscale contractée en France – soit 4 millions d’euros. Cette « ristourne » aurait été accordée par Jean-François Copé au couple Achcar, proche de Ziad Takieddine et de Nicolas Bazire, tous deux mis en cause dans une affaire de rétrocommissions plus ancienne, impliquant notamment l’ancien Premier ministre, Édouard Balladur, et l’ancien ministre de la Défense François Léotard. À l’époque, Nicolas Sarkozy était ministre du Budget”, écrit Jeune Afrique.
Demba KONTÉ avec Jeune Afrique

SOURCE: Nouvel Horizon

kantePolitique
Des hommes de l’entourage de l’ancien président Amadou Toumani Touré (des politiciens et des hommes d’affaires) sont concernés, notamment Cheick Amadou dit « Bany » Kanté. Dans un article publié, hier 18 juillet 2014, le site internet de Jeune Afrique a révélé qu’un “rebondissement dans l’enquête sur le financement présumé de la...