Détruire la capacité de nuisance des délinquants, les empêcher d’agir en les tapant au portefeuille ; c’est le combat auquel a engagé le ministre de la Justice et des Droits de l’Hommes, Garde des Sceaux, Mahamoudou KASSOGUE, le Pôle judiciaire spécialisé anti-terroriste, hier, au cours d’une visite de prise de contact. Il a saisi l’occasion pour prôner quelques bonnes pratiques pour la réussite de la mission.

 

Le ministre s’est tout d’abord enquis des conditions de travail du personnel de la structure, à travers une visite des locaux.
Puis, c’était une rencontre avec le personnel à laquelle ont pris part différents responsables de la famille judicaire, dont le Procureur général près la Cour d’Appel ; le Président du Tribunal de la Commune VI auquel est rattaché le PJS.
Le Procureur du Pôle judiciaire, Samba SISSOKO, qui qualifie sa structure d’importante, assure que le travail se fait correctement, nonobstant des conditions déplorables. Il en veut comme preuve le nombre importants de dossiers traités par les récentes assises.
M. SISSOKO qui salue les efforts déployés par l’Etat, promet que les gens sauront répondre par la qualité du travail sur le terrain.
A sa suite, le Doyen des juges d’instruction, Sarambé COULIBALY, a relevé que la visite du ministre traduit son intérêt pour le PJS.
Au chapitre des difficultés, il a cité la nature des dossiers et l’étendue du territoire.
Qu’à cela ne tienne, poursuit-il, des résultats importants sont engrangés. Que ce soit l’attaque de Sévaré, de la Terrasse, du Radisson, cite-t-il, des personnes ont été arrêtées et traduites devant la justice. Cerise sur le gâteau, le PJS a prêté main-forte à un pays ami dans l’affaire de l’attentat de Grand-Bassam.
M. COULIBALY fait également le point des dossiers : sur 47 reçus, une suite judiciaire a été donnée à 20 et 29 sont entièrement traités.
Il a également exprimé au ministre les attentes qui portent sur la création de l’agence de recouvrement et de gestion des avoirs saisis ; l’exiguïté des locaux ; la non-officialisation des nominations des greffiers.
Il a terminé en donnant l’assurance que la mission sera menée avec détermination.
C’est un ministre en terrain connu, en raison de la présence de nombreuses personnes familières, qui a situé l’objet de sa visite.
« Le temps que nous serons là, nous visiterons les juridictions de Bamako et de l’intérieur pour nous enquérir de leurs conditions de travail, de leurs préoccupations ; les remercier pour ce qu’elles font et leur apporter notre soutien ».
M. KASSOGUE a salué les membres du PJS pour le travail qu’ils abattent eu égard à la complexité des dossiers à traiter.
« Vous être en train de prendre des risques, parce qu’il s’agit des délinquants d’un type particulier, des gens sans foi ni loi. Merci pour votre courage », s’est-il exprimé.
Il a affirmé que le Pôle judiciaire spécialisé anti-terroriste est stratégique dans la lutte contre la criminalité.
« Ici, les délinquants s’organisent pour poser des actions néfastes, s’attaquer aux deniers publics, à la crédulité des gens. Cela, à travers des attaques terroristes, la vente de chimères aux jeunes… Toutes choses qui endeuillent de nombreuses familles.
Ils font des profits à hauteur de milliers de millions de dollars dépassant les budgets de nos Etats. Si toutes ces sommes étaient utilisées pour commettre des attentats, la planète serait radiée.
Ils font élire des gens pour empêcher le vote de certaines lois, ils renversent des régimes, essaient d’infiltrer tout le système », dépeint le ministre KASSOGUE.
C’est pourquoi il interpelle le PJS : « face à ce phénomène, vous êtes au premier plan. Ce combat, vous devez le réussir. Vous faîtes beaucoup. Mais, nous attendons de le renforcer en s’attaquant aux graves violations des droits de l’homme. La lutte contre la traite des personnes doit être menée ».
Le Chef du Département a prôné l’efficacité ; la communication en interne et par rapport à l’extérieur ; le renforcement du contrôle interne ; la production de statistiques, d’un bilan annuel des activités.
Sur les attentes exprimées, il est en phase avec le PJS. D’ailleurs, il sera relogé neuf dans les jours à venir, a-t-il annoncé.
Pour ce qui est de l’agence de recouvrement, il relève que son absence cause des pertes sèches à l’État.
« Il faut taper les délinquants au portefeuille », a-t-il instruit.
Il ajoute : « il faut détruire la capacité de nuisance des délinquants, les empêcher d’agir ».
Pour terminer, le ministre KASSOGUE s’est engagé au renforcement des efforts en faveur du Pôle et a réaffirmé sa totale disponibilité à l’accompagner.

PAR BERTIN DAKOUO

Source : Info-Matin

MaliwebJusticePolitique
Détruire la capacité de nuisance des délinquants, les empêcher d’agir en les tapant au portefeuille ; c’est le combat auquel a engagé le ministre de la Justice et des Droits de l’Hommes, Garde des Sceaux, Mahamoudou KASSOGUE, le Pôle judiciaire spécialisé anti-terroriste, hier, au cours d’une visite de prise...