La dislocation du bloc communiste dirigé par l’ancienne URSS à la fin des années 80 a mis fin à la guerre froide. Cette guerre froide opposait les pays de l’Est dirigés par l’URSS est les pays occidentaux ayant à leur tête, les Etats Unis d’Amérique.

En plus, il y avait le groupe des pays dits Non-Alignés qui comprenaient la Yougoslavie, l’Egypte, l’Indonésie et plusieurs pays africains y étaient membres.

La chute de mur de Berlin avec le vent de l’Est a mis fin à la bipolarisation du monde. Le système capitaliste a pris le dessus sur le système communiste.

Mais le système capitaliste empêtré dans ses propres contradictions est entrain de montrer ses limites.

Ainsi depuis quelques années, le monde est à la recherche d’un nouveau souffle mais les tenants du système sont entrain de faire de la résistance et ne veulent pas accepter la nécessité du changement indispensable pour l’équilibre interne du système mondial.

Partout dans le monde, la violence est entrain de prendre de l’importance et le terrorisme est entrain de se répandre comme une pieuvre.

Ce phénomène naissant a gagné notre pays en 2012 et depuis ce temps notre pays n’a connu aucune accalmie. Alors que l’accalmie est indispensable pour que le pays puise amorcer un développement harmonieux.

Malgré, l’intervention de plusieurs forces armées étrangères comme Serval, Barkhane, la Minisma, le G5 Sahel et la Takuba, la crise s’est répandue sur l’ensemble du territoire, du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest.

Pendant cette décennie, il y a eu deux coups d’Etat militaires et une rupture de coup d’Etat.

Ce qui démontre la gravité de la crise et la fragilité de la situation.

Mais le constat est que depuis le second coup d’état d’ASSIMI en Mai 2021, un début de changement a été amorcé et une lueur d’espoir est apparue.

Depuis le retrait des forces Français Barkhane en fin 2021, les forces Armées Maliennes (FAMAS) avec l’appui du nouveau partenaire qui est la Russie, sont entrain de fournir de grands efforts dans la lutte entre le terrorisme.

Le gouvernement Français est jaloux des énormes succès que remportent les Forces Armées Maliennes depuis quelques mois sur les groupes terroristes.

Les Français croyaient que leur départ du Mali allait créer un chaos indescriptible, et que les terroristes allaient profiter de cette nouvelle situation pour gagner du terrain. Ce qui allait provoquer un mécontentement général des Maliens et l’effondrement du pouvoir de la Transition. Mais c’est le contraire qui est en train de se produire maintenant. Aujourd’hui les militaires Maliens sont soutenus à bout de bras par la majorité du peuple Malien. Ce qui a créé un sentiment de frustration et de la haine chez les autorités Françaises.

Le constat est que, quand les terroristes massacrent les paisibles populations civiles ou détruisent les camps des soldats du Mali, les pays occidentaux avec à leur tête les Etats Unis d’Amérique et l’Union Européenne ne font que des condamnations verbales et hypocrites.

Mais quand ce sont les FAMAS qui remportent des victoires sur les groupes terroristes, on parle d’exécutions contre les populations civiles ou contre un groupe Ethnique.

Voyez-vous-mêmes, combien ces gens sont des hypocrites et des méchantes personnes. Nous ne céderons pas devant quelques pressions d’où qu’elles viennent. Le peuple Malien avec l’aide de son partenaire Russe, va se battre contre l’injustice et la mauvaise foi de l’occident et des Organisations Internationales qui sont à leur solde.

Le nouvel ordre Mondial est en train de se dessiner au Mali grâce à la bravoure du vaillant peuple du Mali et de leurs jeunes dirigeants. La libération totale et la reconquête de la pleine souveraineté de l’Afrique entière ont commencé au Mali.

Rien ne pourra empêcher cette renaissance et cette émergence de l’Afrique pour briser les chaines de l’esclavage et de l’exploitation des peuples Africains par Babylone.

Aucun obstacle ne pourra empêcher ce phénomène irréversible de prospérer.

L’ordre ancien entretenu par les systèmes néocoloniaux de la Banque Mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) est actuellement dépassé mais les pays occidentaux font de la résistance pour maintenir contre vents et marées ce système désuet.

La jeunesse africaine en général et la jeunesse malienne en particulier ont pris conscience de leur responsabilité dans ce combat de renouveau.

L’Afrique avec ses immenses potentialités est appelée à jouer un rôle central dans le renouvellement de l’Ordre ancien.

Le combat engagé au Mali contre dans l’exploitation de l’homme par l’homme permettra au peuple malien de servir d’exemple aux autres peuples africains, pour bouter hors de notre continent l’impérialisme et ses suppôts africains.

La crise entre le Mali, la France et la CEDEAO doit être classée dans le cadre de la géopolitique mondiale.

Le monde actuel est dominé par le système capitaliste de marché libéral dominé par les Etats Unis et l’Union Européenne.

Le système ne tolère pas les velléités d’indépendance et de quête de souveraineté des pays sous-développés. Le système démocratique se mesure selon le degré de soumission du pays au respect des règles édictées par les pays de domination.

La voie choisie par le Mali n’est pas du goût des pays Occidentaux et de leurs laquais africains.

Le partenariat entre le Mali et la Russie est considéré comme un sacrilège ou un crime de lèse-majesté. C’est pourquoi on met tout en œuvre pour isoler et punir le Mali.

La plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest dépendent de ce système donc, ils ne font qu’exécuter les ordres et les consignes sans aucune considération de la situation réelle du Mali.

Le Mali est considéré comme un pays rebelle qui veut remettre en cause l’ordre mondial établi.

Bamako, le 19 Mai 2022
Yacouba Coulibaly
Administrateur des Portes à la retraite
Kalaban Coura. Bamako

Source: LE PAYS

MaliwebPolitique
La dislocation du bloc communiste dirigé par l’ancienne URSS à la fin des années 80 a mis fin à la guerre froide. Cette guerre froide opposait les pays de l’Est dirigés par l’URSS est les pays occidentaux ayant à leur tête, les Etats Unis d’Amérique. En plus, il y avait...