Nouhoum Togo nous oblige à revenir

La vie politique malienne fourmille malheureusement de personnages changeant au gré des majorités politiques qui se font et se défont et des circonstances heureuses ou malheureuses.

Etonnant parcours que celui de ce félon, transfuge et indécis aux convictions réversibles, au fil des circonstances et selon le poids de la besace suspendue à l’occasion. Une girouette, moulin à vent, matois, caméléon, un opportuniste, que sais-je encore !
Heureusement, que l’Histoire est heureusement plus maligne que tous les politiciens de la terre. Malgré leur habileté, elle se joue de ces transfuges et autres indécis aux convictions variables. Comme Nouhoum Togo, un énergumène bombardé,sans aucun mérite, officier de l’ordre national, qui s’attaque sans discernement à l’Adéma-PASJ, comme un chien enragé lâché contre une proie. Autant il est ambitieux et vindicatif, autant la mémoire l’oublie avec une vitesse supersonique. Car, il pèse très peu face à la force tranquille qu’incarne notre grand Parti, l’Adéma-PASJ. Quelle félonie, quel toupet a ce Nouhoum Togo, président d’un parti dont les militants se recrutent sur deux groupes whatsapp créés pour les besoins de la cause d’appeler les maliens à ne pas voter pour l’Adéma-PASJ ? Les élections générales de fin de transition seront démocratiques, inclusives et transparentes. N’en déplaisent aux charlatans politiques. Le peuple souverain du Mali choisira librement ses dirigeants, sans intimidations. Et, il sait à qui confier sa destinée. Nouhoum Togo et ses ouailles n’en font heureusement pas partie, car leur programme de gouvernance se résumant aux invectives et aux violences verbales.
L’inconstance des choix de cet homme sans scrupules qui veut se rendre célèbre sur le nom de notre Parti, ses retournements permanents de veste par ambition démesurée, par vénalité, sont une lapalissade pour son goût immodéré du pouvoir…La pratique politique nous apprend que le moins glorieux des girouettes vénales est celui-là qui change de camp pour des avantages matériels et espérant tirer son épingle du jeu. Dommage ! Le mal est fait…,le M5-RFP de couleur Choguel est mort de sa belle mort. Et vive M5-RFP Makikura de ceux qui incarnent la vertu et le patriotisme. Ils nous jettent à la figure son attachement au respect du bien public, à la transparence, à l’honnêteté, à l’intégrité. Alors, peut-il nous exhiber son diplôme du CFTQ pour qu’on le confronte à cet autre diplôme universitaire qu’il prétend détenir ? Pour leur conformité administrative ? Transparence exige. S’il te plaît !
Comme une girouette aventureuse au gré de la direction du vent de la mousson pluvieuse, Nouhoum Togo a besoin de faux combats pour se trouver des causes à défendre au mépris de toute prudence et éthique morale. Sans logique dans ses discours à l’emporte-pièce, il est bourré de contradictions et, qui sait, de « joints ».
Personnage complexe, il ne vient de nulle part, sans attache sociale, M Togo est à la fois payé et vendu, autrement dit, il touche de l’argent, et mène la politique de ses commanditaires. Un politicien trouble et un littérateur courtisan au service du prince du jour.
Pour lui, mieux vaut se trouver toujours au centre des décisions politiques, mieux vaut être capable de s’adapter et de saisir rapidement les leviers du pouvoir en toutes occasions, afin d’écarter à la périphérie ceux qu’ils qualifient d’anciens dignitaires du régime défunt « corrompu » et des perturbateurs de l’ordre nouveau qu’ils veulent instaurer, quelqu’en soit le prix à payer. Il a été demandé courtoisement au premier ministre de la Transition, Choguel Kokala MAÏGA d’avoir le courage de démissionner pour se consacrer exclusivement à la préparation et à l’organisation des élections qu’il convoite tant. S’il désire sérieusement les gagner, qu’il descende dans l’arène à armes égales et à égalité de chances. Il doit le faire et il le fera pour l’honneur et la dignité. Ça va démissionner et ça démissionnera… avant qu’on ne le démette et le fasse changer de domicile et de résidence.
Chaque compétition électorale a ses défections et ses ralliements, chaque rupture historique suscite le chassé croisé des révisions et des reniements. L’enjeu pour l’avenir n’est donc pas de faire disparaître ces girouettes comme Nouhoum Togo, mais au contraire de les rendre visibles à l’opinion, car une girouette invisible n’est plus une girouette. Et un Pouvoir sans girouette n’en est plus un. La panique semble posséder M Togo de peur de perdre son nasongô, surtout son prix de “banji”. Je ne conseillerais à personne d’embarquer avec un fou dans une pirogue pour traverser un fleuve en pleine crue. Nouhoum Togo a besoin d’un séjour assisté à la psychiatrie du Point G. J’étais de passage et je reviens…

Source: la ruche ADEMA-PASJ

Maliwebmalijet comPolitiquePolitique malienne
Nouhoum Togo nous oblige à revenir La vie politique malienne fourmille malheureusement de personnages changeant au gré des majorités politiques qui se font et se défont et des circonstances heureuses ou malheureuses. Etonnant parcours que celui de ce félon, transfuge et indécis aux convictions réversibles, au fil des circonstances et selon...