Selon des informations qui ne sont pas encore confirmées par les autorités maliennes, Bamako envisagerait un accord avec un groupe de mercenaires russes pour la formation de l’armée malienne. Généralement, la formation offerte par un mercenaire est essentiellement basée sur l’élimination discrète de la cible. Alors que le Mali se trouve dans une situation où la cible est presque invisible.

 

Il serait difficile qu’une intervention menée par un groupe de mercenaires puisse permettre de recouvrer l’intégralité du territoire malien. Un mercenaire ne respecte aucune réglementation, son seul but est de réussir sa mission de quelque manière que ce soit !

Si le pouvoir en place signe un contrat à long terme avec ce groupe de mercenaires, ce dernier sera contraint d’être aux ordres du futur Président de la République. Lorsque tu mets des mercenaires à la disposition d’un homme politique, il pourrait utiliser cette force pour éliminer tous ses opposants et finir devant la CPI.

Le Mali est un État républicain. De ce fait, il peut créer les conditions pour obtenir un accord avec l’État russe, pour une éventuelle formation de ses forces de défense et de sécurité au lieu de s’engager dans une aventure qui n’est pas sans risques.

Pour la libération du territoire, il incombe aux autorités maliennes de créer les conditions nécessaires permettant aux forces de défense et de sécurité de relever ce défi.

“Le montant du contrat” avec la société Wagner pourrait valablement servir à recruter, former et équiper plus d’hommes. Ensuite, chercher un appui technique en terme de renseignement pour pouvoir localiser les ennemis. Cette fois-ci, il est important de mettre l’accent sur un appui aérien. C’est le moment opportun pour réviser la coopération militaire entre le Mali et la France. Et, revoir complètement le mandat de la Minusma en faisant en sorte qu’il soit robuste.

Face à cette pression que vit la France, plusieurs offres venant des autorités maliennes pourraient aboutir. Au cas où la France décide de rester sur sa position, le Mali pourra prendre l’initiative de conclure avec l’État russe, mais pas sous la forme d’une intervention de mercenaires.

Abdoul Aziz O. Diallo

Source : Le Matinal

MaliwebPolitique
Selon des informations qui ne sont pas encore confirmées par les autorités maliennes, Bamako envisagerait un accord avec un groupe de mercenaires russes pour la formation de l’armée malienne. Généralement, la formation offerte par un mercenaire est essentiellement basée sur l’élimination discrète de la cible. Alors que le Mali...