Depuis sa cachette, l’ancien Premier ministre Dr Boubou Cissé manifeste des ambitions pour le palais de Koulouba en 2022. Un rêve qu’il ne veut nullement abandonner, quoi qu’il arrive. A défaut de pouvoir sortir la tête à quelques mois des élections, Boubou Cissé semble se résigner pour l’instant d’envoyer Me Kassoum Tapo en précampagne.

 


Mais, il se trouve que le commis et le commissionnaire sont tous les deux vomis par les Maliens qui ne croient pas du tout à leur fameux projet de refondation du Mali.
Si Me Tapo n’a jamais évoqué publiquement le nom de Boubou Cissé lors du lancement du MOREMA, il parait clair pour beaucoup d’observateurs qu’il est en mission de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé.
Plusieurs sources proches des deux hommes informent qu’avant sa fuite, Dr Boubou Cissé était en contact permanent avec le célèbre avocat. Selon les mêmes sources, les deux hommes travaillaient activement sur la candidature du dernier Premier ministre en poste d’IBK. Des démarches auraient été entreprises pour obtenir le soutien de plusieurs chefs d’Etat influents de la sous-région, dont Alassane Dramane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Roch Kaboré du Burkina Faso et Macky Sall du Sénégal.
Mais les poursuites engagées contre Cissé ont fait ralentir l’exécution du plan établi.
Selon des sources proches des deux hommes, Me. Tapo qui vient de créer le MOREMA ne fait que poursuivre un agenda ancien, celui de soutenir la candidature de Boubou Cissé à la présidentielle de 2022. Mais la question que l’on se pose est de savoir jusqu’où peut aller ce duo dans la course prochaine vers Koulouba. Le hic est que ces deux hommes sont des oiseaux du même plumage. Ils ont comme dénominateur commun d’être honnis par les Maliens.
Les Maliens se rappellent encore comment Boubou Cissé a contribué à la baisse de niveau des enfants maliens en s’engageant inutilement dans un bras de fer avec les enseignants pendant près de deux ans. En plus, il était fortement soupçonné de partialité dans la gestion de la crise sécuritaire au centre du Mali. D’ailleurs, ces deux gros péchés qu’il traine ont fortement contribué à la chute du régime IBK en août 2020.
Quant à Me Tapo, il avait présenté le plus mauvais projet de révision constitutionnelle alors qu’il était ministre en charge des réformes. Lors de son passage à la tête de ce département, les Maliens ont eu l’occasion de se faire une idée sur ses capacités de gestion des affaires publiques.
Pourtant, lors du lancement de leur regroupement associatif à caractère politique, ayant vocation à se transformer en parti politique, Me. Tapo et Boubou Cissé se proposent « d’engager un véritable processus de refondation de la Nation impliquant toutes les communautés maliennes et tous les groupes socio-professionnels suivant une démarche qui construit, de la base vers le sommet, les raisons du vivre ensemble, les valeurs fondatrices du Mali et les perspectives pour son avenir ». La question qu’il faut se poser est celle de savoir de quelle refondation parlent-ils ? Ces deux hommes, qui n’ont connu que des échecs dans la gestion des affaires publiques, veulent-ils prendre des Maliens comme des gamins ?
Moussa Diarra

Source: La lettre du Peuple

Maliwebmaliweb netPolitique
Depuis sa cachette, l’ancien Premier ministre Dr Boubou Cissé manifeste des ambitions pour le palais de Koulouba en 2022. Un rêve qu’il ne veut nullement abandonner, quoi qu’il arrive. A défaut de pouvoir sortir la tête à quelques mois des élections, Boubou Cissé semble se résigner pour l’instant d’envoyer...