La Nation malienne a répondu massivement à l’appel des autorités de la transition, pour manifester contre les sanctions « illégale et illégitime » de la CEDEAO contre le peuple malien. Ce regroupement exceptionnel, a eu lieu à Bamako ce vendredi 14 janvier 22 à place de l’indépendance et dans toutes les régions administratives du Mali.

 

Toute la Nation malienne s’est levée à travers le pays comme un seul homme pour dénoncer les sanctions « illégale et illégitime » de la CEDEAO contre le peuple malien. Plusieurs personnalités des organisations de la société civile, des hommes politiques, les membres du gouvernement ont pris part à cette gigantesque manifestation et dénonce les sanctions de l’UEMOA et la CEDEAO contre le Mali. Pour Abdelkader Maïga et Allaye Boucoum, organisateurs, « le Mali n’est plus dans une de transition mais dans une période de refondation. » Jeamille Bittar réitère l’adhésion des maliens aux actions du président de la transition.
Après avoir transmis les salutations du président de la Transition, le premier ministre Choguel Kokalla Maïga souligne que le destin de l’Afrique se joue au Mali à ce jour. « C’est dans la difficulté qu’on reconnait ses vrais amis », regrette le premier ministre, avant de saluer la Guinée, la Russie, la Mauritanie, la Chine et l’Algérie pour leurs soutiens à la transition. Pour lui, il est important que la communauté internationale comprenne qu’il ne faut pas se tromper de peuple, d’interlocuteur et d’époque.
« Il y a des choses qui ne peuvent pas se passer en République du Mali. Le colonisateur a occupé certains pays en six mois. Il a fait trente-huit ans de guerre (1878-1905) pour pouvoir occuper notre territoire par les armes », rappelle-t-il. Il avance que, pendant 70 ans il n’y a pas eu un an sans révolte. Si ce n’est pas le Touareg, c’est les Arabes, les Songhays, les Bobos, les Senoufos, les Bamanans, les Peulhs, les Sarakolés, pendant 70 ans. « Nous allons tenir debout comme un seul homme face à l’adversité », promet-il.
Le porte-parole du mouvement Yerewolo Debout sur les Rampants, Adama Diarra dit Ben Le Cerveau, dénonce le néocolonialisme que certains veulent nous imposer. Il a mis en garde les responsables de la CEDEAO que le Mali d’aujourd’hui est différent de pays qui avaient auparavant subi des sanctions de la CEDEAO. Dans une déclaration lue par son représentant, le Chérif du Nioro du Sahel appelle les maliens et les maliennes à soutenir le président de la transition et son gouvernement.
Le représentant du conseil national de la transition, Mamadou Traoré, porte-parole du président du CNT, a invité les maliens à soutenir les FAMA. Il a ajouté que, les cinq ans proposés pour la durée de la transition sont les conclusions des assises nationales de la refondation. « Oui au retour des normes constitutionnelles mais pas pour répéter les mêmes erreurs du passé en organisant des élections bâclées », dit-il. Le porte-parole du gouvernement rassure que le gouvernement s’est doté d’un plan de riposte et de résistance.
Pour les manifestants, ces militaires sont leurs héros et non des juntes. « Je les appelle les fils du Mali, ce sont les soldats du Mali pour nous libérer », a hurlé une manifestante. C’est pourquoi, selon elle, ils veulent nous déclarer la guerre. « Nous sommes tous debout sur les remparts », précise-t-il.

Kossa Maïga

Source : Canard Déchainé

MaliwebPolitique
La Nation malienne a répondu massivement à l’appel des autorités de la transition, pour manifester contre les sanctions « illégale et illégitime » de la CEDEAO contre le peuple malien. Ce regroupement exceptionnel, a eu lieu à Bamako ce vendredi 14 janvier 22 à place de l’indépendance et dans...