La première session ordinaire de la Cour d’Assises de Kayes a débuté le lundi 8 avril 2013. Une occasion qui a permis au Procureur Général près la Cour d’Appel de Kayes, Moussa Bagayogo de parler de l’état de la justice en cette période de transition. Pour lui, « le Mali d’aujourd’hui doit s’appuyer sur une justice forte, crédible animée par des hommes et des femmes moralement et intellectuellement irréprochable et capables de se mettre au dessus de la mêlée politique ».

Selon le Procureur Général près la Cour d’appel de Kayes « la tenue de ces assises, quelques jours seulement après celles de Bamako, prouve à suffisance qu’au Mali, la justice est débout, la justice tient débout, l’espoir est permis ». Ainsi, il a indiqué que« l’occasion est opportune pour rendre hommage au Professeur Dioncounda Traoré, premier Magistrat de la République à travers le ministre de la Justice, Garde des Sceaux dont l’implication personnelle a permis la tenue de la présent session ».

Pour le procureur Général près la Cour d’Appel de Kayes, « le Mali d’aujourd’hui doit s’appuyer sur une justice forte, crédible animée par des hommes et des femmes moralement et intellectuellement irréprochable et capables de se mettre au dessus de la mêlée politique. Cette justice qui aura l’adhésion et la confiance du peuple sera le garant et le dernier rempart des citoyens’’.

Au cours de cette première session ordinaire de la Cour d’assises de Kayes qui durera 24 jours, 62 affaires impliquant 111 accusés, 76 parties civiles et 106 témoins seront soumis à l’examen de la Cour.

Les infractions concernées sont : attentat aux mœurs et à l’intégrité physique des personnes, atteinte aux biens publics et privés et infraction à la législation sur les stupéfiants.

CCOM/Ministère de la Justice