Les conclusions de la 10econférence nationale du parti Union Pour la République et la Démocratie semblent mettre le parti au bord d’un précipice. Des délégués sont désormais très remontés contre le premier vice-président, Pr Salikou Sanogo, pour avoir refusé de faire voter les motions lors de ladite conférence. Il est même soupçonné de vouloir imposer un candidat de son choix au parti.

 

 

Salikou Sanogo fait de l’abus de pouvoir en refusant de faire voter les motions lors de la conférence nationale.  Même ses propres motions ne sont pas passées au vote. Tous les candidats sont regroupés contre lui et tous les ténors du parti’’, a lâché un membre de l’URD qui conteste visiblement l’attitude du premier président. Ces propos relatent en réalité l’atmosphère qui règne au sein du parti depuis un moment. Plusieurs clans se disputent la prise de la direction du parti. Et le président Sanogo n’est pas exempt de tout soupçon. On lui prête des intentions, même s’il a tenu à démentir publiquement lors de cette conférence nationale. “Mon éthique, ma dignité et mon honneur fort malmenés depuis quelque temps, m’interdisent toute espèce de clanisme. Salikou Sanogo n’est, n’a été, et ne sera l’homme lige de qui que ce soit’’, avait-il affirmé. Alors que des délégués pensent le contraire à la fin de la conférence où l’on pense qu’il fait peser de tout son poids.  “Son objectif est de déclarer Me Demba candidat du parti sans passer par le vote au sein du parti’’, a précisé ce contestataire.

Pour la petite histoire, les meneurs de la fronde qui consiste en l’organisation d’un congrès extraordinaire exposent eux aussi leurs motifs.

Selon Mohamed Fall Ould Mohamed, secrétaire général de la Section URD de Goundam, membre du BEN, secrétaire chargé de l’Urbanisme et de l’Habitat, en suivant le déroulé et le programme présentés, “j’ai comme l’impression  que la conférence nationale en elle-même n’est qu’une simple formalité à remplir’’. Il pense que les grandes questions qui divisent le parti ne sont même pas abordées. Le Député de la 6eLégislature martyr estime que l’URD est au bord de l’implosion alors que la direction actuelle du parti l’ignore.

“Le niveau de performance est sans commentaire en termes de respect des textes et de régularités de nos réunions. Sur une année il s’est tenue 4 BEN sur 12 et 10 SE sur 52  soit un niveau de performance de 20 à 25%.’’

Il est même convaincu que l’immobilisme actuel et le statuquo vont davantage diviser l’URD. Il pense que seul le renouvellement du Bureau exécutif avec un président élu permettra d’assurer la plénitude du leadership nécessaire pour sauver le parti. En ce sens, et conformément à l’article 47 du Règlement intérieur il a proposé une motion  pour convoquer un Congrès extraordinaire sous quinzaine. Il s’appuie sur les articles 58 et suivant des Statuts de l’URD.

L’autre motion est relative à la relation entre l’URD  et le FSD et le M5-RFP et le positionnement du parti dans la transition en cours. Ce dernier a recommandé la mutation de la plateforme du FSD et du partenariat avec le M5-RPF et la réadaptation avec les exigences nouvelles du contexte entre autres

“Le rapport qui est la substance de la conférence ne traite pas des grandes questions et des défis qui se posent à l’URD,  alors même que nos concitoyens et le peuple de l’URD sont inquiets de ce qu’ils entendent et voient tous les jours en termes d’incompréhensions au sein des membres de son Directoire et du BEN’’, a-t-il relevé.

En clair, il met en cause les dysfonctionnements graves du parti qui constituent des sources d’inquiétudes sur l’avenir du parti et des  points de divergences.

“J’ai été témoin des violations de nos textes’’, martèle ce cadre. Pour la  tenue des réunions du SE et du BEN,  non-respect des dispositions des articles 8, 9, 95, 97, 101 et 102 des Statuts et 45, 56, 57, 67 et 90 du Règlement Intérieur, imposition de textes au BEN sans qu’ils soient  préparés et adoptés par le SE et le BEN entre autres.

Il a dénoncé la décision du BEN du 21 aout  qui a demandé la mise en place d’une commission technique pour statuer sur le processus de désignation du candidat aux présidentielles, l’initiative de suspendre la pétition pour la conférence nationale extraordinaire, des lettres de demande d’éclaircissement des sections sur l’appel à candidatures qui ont toutes alerté sur le recul démocratique et la violation des textes….

Au regard de ce qui précède, celui-ci pense qu’ “il devient donc impératif pour nous tous de sauver notre parti avant toute chose.’’

À ce jour, les délégués estiment que la seule issue favorable pour éviter l’implosion est la convocation d’un congrès extraordinaire, dont le mandat a été donné à Abdoul Wahab BERTHE pour l’organiser. En conséquence, le processus d’appel à candidatures et de désignation des candidats aux présidentielles es suspendu.

Kevin KADOASSO

Source : LE COMBAT

MaliwebPolitique
Les conclusions de la 10econférence nationale du parti Union Pour la République et la Démocratie semblent mettre le parti au bord d’un précipice. Des délégués sont désormais très remontés contre le premier vice-président, Pr Salikou Sanogo, pour avoir refusé de faire voter les motions lors de ladite conférence. Il...