Le Bureau exécutif national de l’Union pour la République et la Démocratie (BEN/URD) aura à procéder par élimination entre dix candidats jusqu’à l’ultime choix, celui qui portera le brassard de capitaine du parti de la poignée de mains à l’élection présidentielle prochaine au Mali. Si toutes les dix candidatures ont été déposées et acceptées pour être plus tard examinées par une commission qui sera mise en place par le parti, force est de reconnaitre que celle de Mamadou Igor Diarra semble être la plus prometteuse, si l’URD veut atteindre les hauteurs de Koulouba.

Qui ne connait pas Mamadou Igor Diarra ? Ce cadre intègre, valable, courageux, patriote, travailleur et très assidu qui a laissé ses traces par le travail bien fait là où il aura servi à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. Avec ses qualités, ses valeurs intrinsèques et son grand influence dans le monde, il sera cependant le meilleur porte-étendard du parti de la poignée de main pour briquer la magistrature suprême. Sa cette candidature répond à cinq grandes qualités suffisantes pour un candidat afin d’avoir la confiance du peuple. Ces qualités vont de l’intégrité morale, à la compétence, en passant par l’expérience, la capacité de rassembler et enfin son carnet d’adresses ou ses relations en dehors du Mali.

Homme de parole, il a honoré sa parole donnée au feu président Cissé en posant ses valises à l’URD. Compétent et intègre, ce banquier est un gros travailleur qui maitrise le monde des finances et des affaires. Ministre plusieurs fois sous différents régimes, Mamadou Igor Diarra a une parfaite connaissance des problèmes du Mali. Son passage à la tête de l’hôtel des Finances a été unanimement salué par les Maliens. Il est celui qui a lancé les chantiers des grands travaux sous IBK. C’est grâce à lui aussi que le budget du Mali a pu atteindre pour la première fois 2000 milliards FCFA. Ne trainant pas de casserole derrière lui, l’auteur du livre C’est Possible au Mali fait partie des rares anciens ministres du régime qui jouissent d’une réputation solide auprès de l’opinion nationale et internationale. Toute chose qui n’est pas négligeable. N’était-ce pas l’une des forces du très regretté Soumy Champion?

En effet, dix candidats se sont positionnés sur la ligne de départ pour une course qui sera arbitrée par les cadres du parti. Si tant est que l’URD ne veut plus rester à l’opposition, le parti doit faire preuve de réalisme en ne cédant non seulement pas à l’appât du gain facile, compromettant ainsi l’avenir de toute une génération, mais aussi et surtout en choisissant le cheval gagnant. En mettant les égos surdimensionnés et les ambitions démesurées de côté, en se laissant guider par la seule raison, incontestablement Mamadou Igor Diarra sort du lot et est à même de remporter la prochaine présidentielle s’il a le quitus de l’URD et cela, pour cinq raisons : la première est sans nul doute son intégrité morale. Il fait incontestablement partie des cadres qui ne trainent pas des bruits de casseroles après leurs gestions des affaires de l’Etat. La deuxième raison est sa compétence, l’une des qualités de Mamadou Igor Diarra est surtout sa compétence à toute épreuve, c’est pourquoi il va de promotion en promotion, de la BDM-SA, à la BIM-SA, en passant par la BOA dont il est actuellement le coordinateur des huit pays de l’Uemoa.

La troisième raison est l’expérience, après plus de trente ans de carrière professionnelle et deux passages au gouvernement du Mali avec deux régimes différents, Mamadou Igor Diarra semble avoir plus d’expérience que les autres candidats à la candidature de l’URD. Et est à même de mettre cette expérience au service de son parti et du Mali pour le sortir de l’abyssal trou dans lequel il est plongé. La quatrième raison est sa capacité à rassembler, Mamadou Igor Diarra est celui qui pourrait fédérer toutes les tendances en belligérances au sein de l’URD. La cinquième raison est son carnet d’adresse Parmi tous les dix candidats, Mamadou Igor Diarra semble être celui qui a un bon carnet d’adresse. D’abord il est très proche de tous les chefs d’Etat de la sous-région par sa profession. Et dans le contexte actuel il peut être un trait d’union entre le Mali et la Russie et entre le Mali et les pays occidentaux comme la France. S’agissant de la mobilisation des fonds pour le développement du pays, pour avoir un passé moins tumultueux il jouit d’une crédibilité et pourrait emmener beaucoup de bailleurs de fonds au Mali.

CP

Source: Le Démocrate

Maliwebmaliweb netPolitique
Le Bureau exécutif national de l’Union pour la République et la Démocratie (BEN/URD) aura à procéder par élimination entre dix candidats jusqu’à l’ultime choix, celui qui portera le brassard de capitaine du parti de la poignée de mains à l’élection présidentielle prochaine au Mali. Si toutes les dix candidatures...