Le divorce est sans doute consommé entre les barons du M5-RFP, notamment les membres du comité stratégiques et leur camarade Premier ministre, non moins président du même comité. Et pour cause, dans un communiqué publié le mercredi 22 juin et signé par Cheick Oumar SISSOKO, EMK ;  Mohamed Ali BATHILY, FASO DEN ;  et Koniba SIDIBE, MODEC ;  la dissidence, au nom de l’ensemble du peuple du M5-RFP ;  a désavoué le Premier ministre Choguel K MAIGA en l’accusant d’instrumentaliser le M5 pour déstabiliser la transition.  Dans ledit communiqué, ces responsables du M5 qui peuvent être considérés comme les voix discordantes de ce grand ressemblent, se disent terminés à veiller sur les principes fondamentaux du M5-RFP.

 

D’entrée de jeu, les signataires du communiqué louent les efforts des FAMa dans la lutte contre le terrorisme au Mali.

« Les progrès faits en matière de sécurité et une souveraineté nationale mieux assumée depuis la chute du régime de IBK font aujourd’hui la fierté du peuple malien. Il n’y a aucun doute que l’ensemble des Maliens salue la décision des autorités de transition de faire prévaloir les principes fondateurs de notre indépendance et de notre souveraineté nationale ainsi que l’amélioration de la situation sécuritaire du pays par les FAMa. Nous le devons au choix de la junte militaire qui dès sa prise du pouvoir a décidé de diversifier son partenariat et sa stratégie en matière de lutte contre les groupes terroristes djihadistes », ainsi libellé dans le communiqué.

Pour les signataires du document, c’est ce choix qui a été à l’origine du remaniement gouvernemental controversé ayant conduit à un deuxième coup d’État le 24 mai 2021 qui marque l’ouverture de la deuxième phase de la transition.

Le communiqué rappelle par ailleurs que pendant toute la première phase de la transition, que le M5-RFP avait dénoncé la continuation des mauvaises pratiques de gouvernance du régime déchu de IBK et exigé la rectification de la transition par la rupture avec lesdites mauvaises pratiques et la pose des piliers de la refondation du Mali, telle est la deuxième grande attente du peuple malien de ce deuxième gouvernement de transition.

Choguel accablé 

Le communiqué déplore que fort malheureusement cette rectification fût restée un slogan jusqu’à ce jour à la grande déception de tous ceux qui ont cru au changement prôné pour le Comité stratégique du MI5-RFP. Pire, les mauvaises pratiques de gouvernance continuent de plus belle.

« Le PM a réussi à faire du M5-RFP une simple caisse de résonnance de son Gouvernement. Pour son agenda personnel, il a détruit la cohésion du M5-RFP, divisé le peuple malien, ayant comme ligne de conduite le populisme et la marginalisation des forces politiques et sociales. Ont été utilisés à cette fin : la propagande, la terreur médiatique, l’abus de pouvoir l’exclusion de membres du Comité stratégique, l’utilisation îles forces de l’ordre à une réunion du CS. Recours abusif à l’ORTM pour humilier des membres du CS et l’agression physique d’un membre du Comité stratégique », ont dénoncé les signataires.

Comme pour enfoncer le clou, le communiqué révèle que le M5-RFP n’était plus que l’ombre de lui-même.

Aujourd’hui, peut-on lire, c’est un M5-RFP sur lequel les entités membres n’ont plus aucune prise qui a perdu son esprit originel de rassemblement de toutes ses forces vives pour la refondation du Mali.

« Comme si tout cela ne suffisait pas, le Premier ministre Choguel K MAIGA vient d’engager une tentative de déstabilisation de la transition à travers la publication d’un Communiqué du Comité stratégique du M5-RFP incitant à la confrontation directe entre le Président du CNT, traité d’opposant à la transition en accointance avec les forces hostiles à la transition d’une part, et le Président de la transition d’autre part », ainsi écrit dans le communiqué.

Ainsi, les auteurs de la missive se demandent s’il faut se résigner face à ce qu’ils nomment comme une instrumentalisation du M5-RFP à des fins autres qu’une transition de rupture avec les mauvaises pratiques de gouvernance.

Faut-il laisser la direction actuelle du M5-RFP déstabiliser la transition ? La réponse a été un grand NON.

« La transition est notre affaire à tous. Le Peuple malien est profondément déçu de la poursuite des mauvaises pratiques de gouvernance par le gouvernement de la rectification de la transition de Choguel K MAÏGA. Le sursaut patriotique s’impose. Le temps est au rassemblement et non à la division », ont insisté les signataires, avant de clamer qu’ils ont décidé de porter le flambeau du MALI Koura très haut, pour la refondation et l’inclusion nationales

PAR CHRISTELLE KONE     

Source : Info-Matin

MaliwebPolitique
Le divorce est sans doute consommé entre les barons du M5-RFP, notamment les membres du comité stratégiques et leur camarade Premier ministre, non moins président du même comité. Et pour cause, dans un communiqué publié le mercredi 22 juin et signé par Cheick Oumar SISSOKO, EMK ;  Mohamed Ali BATHILY,...