Décidément, le costume de ministre, et de surcroît, celui de ministre de la Communication semble être trop grand pour Mahamadou Camara.

Mahamadou Camara ministre communication information economie numerique

Curieux pour le ‘‘Sorbonnard’’ qu’il est. Plus curieux encore, pour celui qui prétend avoir fait ses armes à Jeune Afrique.

Censé soigner l’image d’IBK, à l’intérieur comme à l’extérieur du Mali, le ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et des Nouvelles Technologies ne râte aucune occasion pour mettre en péril le premier quinquennat de son ‘‘mentor’’. Comme s’il défend un « autre agenda ». Les rumeurs alarmantes et alarmistes sur les évènements de Kidal, ce serait lui. La folle rumeur sur le contrôle de Kidal par les troupes maliennes, ce serait encore lui.

Lors des pourparlers d’Alger, c’est encore lui qui a bloqué le départ des journalistes du privé. Avant d’accuser, par le biais de ses « nègres de service », le Premier ministre d’en être l’auteur.

Le week-end dernier encore, « Mahamadou la gaffe » a remis le couvert. Sur son compte tweet, il écrivait : « 2/2 voyage en Mauritanie et aux USA à bord du Boeing 737 de la République du Mali. Contrôle technique Ok. Tans pis pour les aigris ».

Adressé aux Maliens qui, dans leur écrasante majorité jugent inopportun l’achat de l’avion présidentiel, ce tweet a suscité un concert de protestations dans les ‘‘grins’’, les salons feutrés de la capitale. Mais aussi, sur les réseaux sociaux.

Partout, l’indignation le dispute à la colère. Au sein même de la famille présidentielle, c’est la consternation. Comment un ministre de la République, de surcroît celui de la Communication, peut –il se tailler le luxe d’insulter, vertement, ses concitoyens, sans que le Premier ministre et le Chef de l’Etat aient présenté des excuses publiques à la nation ?

C’est après avoir constaté l’étendue des dégâts, causés par son tweet que « Mahamadou la gaffe » tente de rectifier le tir, en donnant sa propre définition au mot « aigris » : « les petits calomniateurs à l’origine de la rumeur sur la saisie de l’avion présidentiel ». Trop tard. Le mal est, déjà, fait.

Il est temps, grand temps pour IBK de faire le ménage dans son entourage, truffé d’aventuriers, d’amateurs et d’irresponsables… responsabilisés. Du moins, s’il tient au « bonheur des Maliens », à « l’honneur du Mali ».

Auparavant, le ministre de la Communication, de l’Economie Numérique et des Nouvelles Technologies doit tirer toutes les conséquences de son acte, en rendant le tablier. Purement. Simplement.

Le vin est tiré. Il faut le boire. Jusqu’à la lie.

Oumar Babi

SOURCE: Canard Déchainé

kantePolitique
Décidément, le costume de ministre, et de surcroît, celui de ministre de la Communication semble être trop grand pour Mahamadou Camara. Curieux pour le ‘‘Sorbonnard’’ qu’il est. Plus curieux encore, pour celui qui prétend avoir fait ses armes à Jeune Afrique. Censé soigner l’image d’IBK, à l’intérieur comme à l’extérieur du...