Ce mercredi 3 juillet, des figures du M5-RFP, dont est issu le Premier ministre, ont annoncé ne plus reconnaître l’autorité de celui-ci au sein de leur mouvement. Une déclaration qui isole un peu plus Choguel Kokalla Maïga, déjà très contesté par la classe politique.

 

Qu’elle semble loin, l’époque où, faisant taire leurs divergences idéologiques et politiques, les leaders du M5-RFP marchaient ensemble afin de réclamer le départ d’Ibrahim Boubacar Keïta. Konimba Sidibé, Modibo Sidibé, Sy Kadiatou Sow ou encore Cheikh Oumar Sissoko s’étaient alors unis à Choguel Kokalla Maïga et soulevaient la rue contre « l’incurie et la corruption » des années IBK.

Deux ans plus tard, et après l’accession à la primature de Choguel Maïga, l’unité du M5-RFP a volé en éclats. Ce mercredi 3 juillet, une large frange du mouvement a annoncé ne plus reconnaître « l’autorité du comité stratégique du M5-RFP dirigé par Choguel Kokalla Maïga ».

« Il ne siégera plus dans nos rangs », a martelé l’ancien ministre de la Justice Mohamed Aly Bathily, chargé de lire la déclaration du nouveau directoire auto-proclamé.

Deux camps

Source : Jeune Afrique
MaliwebPolitique
Ce mercredi 3 juillet, des figures du M5-RFP, dont est issu le Premier ministre, ont annoncé ne plus reconnaître l’autorité de celui-ci au sein de leur mouvement. Une déclaration qui isole un peu plus Choguel Kokalla Maïga, déjà très contesté par la classe politique.   Qu’elle semble loin, l’époque où, faisant...