En vue d’évaluer le processus de transition et particulièrement les progrès réalisés dans la préparation des élections prévues en février 2022, conformément au délai accordé par la conférence des chefs d’Etat, une mission de haut niveau conduite par Goodluck Ebele JONATHAN, ancien président de la République fédérale du Nigéria, envoyé spécial et médiateur de la CEDEAO, a séjourné du 5 au 7 septembre 2021, dans la capitale.

 

Encore une fois, les Maliens sont apparus divisés sur les questions essentielles, à savoir : la durée de la transition ; la création de l’organe unique et indépendant de gestion des élections (OUIGE) ; et les assises nationales de la refondation.

Cette mission de la CEDEAO est arrivée à un moment où des voix s’élèvent de plus en plus, partout dans le pays et même à l’extérieur, pour réclamer la prolongation de la Transition eu égard à la persistance de certains défis majeurs, dont la lutte contre l’insécurité, l’impunité et la corruption. Aujourd’hui, la tension est perceptible entre le Gouvernement du Dr Choguel Kokalla MAIGA et une majorité de la classe politique, notamment les partis du Cadre d’Echanges pour une Transition Réussie.

Faut-il proroger la durée de la transition ?

Ainsi, sur la durée de la transition, nous avons, d’un côté, le gouvernement et ses soutiens au niveau de la société civile, des associations de femmes et de jeunes qui multiplient les manifestations de soutien pour demander une prorogation du délai de cette transition.

Le Chef de fil de cette tendance reste aujourd’hui le Chérif de Nioro. Ce lundi 6 septembre 2021, le Chef de la communauté hamalliste et non moins personnalité très influente au Mali, Mohamed HAIDARA, n’est pas allé par deux chemins pour faire comprendre à la CEDEAO que le délai de 18 mois n’est pas tenable pour la réussite de la transition.

En homme d’Etat et à mille lieues des considérations électoralistes, il a indiqué la voie à suivre, en tenant compte, avant tout, de l’avenir des générations à venir, en termes de legs solides pour la refondation de l’Etat : la nécessaire prolongation de la Transition en cours.

Sans le déclarer officiellement, le Chef du Gouvernement a abordé dans le même sens que le leader religieux. Au cours de la séance de travail tenue le 6 septembre 2021, à la Primature, entre la délégation de la CEDEAO et le Premier ministre, les questions liées au calendrier, électoral, à la mise en place de l’Organe unique indépendant de gestion des élections (OUIGE), à la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR) et à la lutte contre l’impunité et la corruption ont été au cœur des discussions.

Le Premier ministre a insisté sur l’importance de ces questions pour la stabilité future du pays. Pour Choguel Kokalla MAÏGA, aller aux élections sans aucune réforme est suicidaire. Le PM d’ajouter que l’action du gouvernement inscrit dans une démarche consensuelle.

En termes clairs, il s’agit pour lui de prendre le temps nécessaire de faire les réformes nécessaires avant d’aller aux élections. Or, jusque-là, très peu d’actions concrètes dans la préparation effective du processus électoral ont été réalisées. «Il s’agit de faire en sorte, de pouvoir bien organiser, bien préparer les élections pour que nous puissions à la fin de la Transition, avoir un nouveau président démocratiquement élu et un gouvernement en place pour diriger les affaires au Mali », a déclaré le médiateur de la CEDEAO.

Des propos qui, visiblement, ne ferment pas la porte à une éventuelle prorogation de la transition si les conditions ne sont pas réunies pour l’organisation de telles élections. Au niveau de la classe politique, on estime que le Gouvernement traine les pieds dans les préparatifs de ces élections afin de mettre le peuple devant le fait accompli.

Est-il possible de créer un organe unique?

Sur la mise en place de l’Organe unique indépendant de gestion des élections (OUIGE), là aussi, il n’y a pas de consensus. Alors que le Chef du Gouvernement persiste à dire que la création de cette structure est une nécessité absolue avant la tenue des prochaines élections, au niveau de la classe politique on pense que le Gouvernement devait aller à l’essentiel. C’est-à-dire, ne pas vouloir tout faire sous la transition, mais s’attaquer aux actions indispensables pour la tenue des élections comme la révision des listes électorales, le rétablissement de la sécurité. Dans la foulée on préconise le renforcement du rôle de la CENI pour éviter le chaos que risque de créer la précipitation dans la création d’un Organe unique et indépendant de gestion des élections (OUIGE).

Des assises contestées

L’un des points d’achoppement entre les autorités de la transition et la classe politique, c’est la tenue des Assises Nationales de la Refondation (ANR). Sur cette question les débats se cristallisent sur la nécessité d’une telle assise alors qu’il ne reste plus que quelque six mois aux autorités de la transition pour organiser les élections.

Aussi, certains observateurs pensent que le seul enjeu de ces assises reste la prorogation de la transition quand on sait que le pays a déjà connu la conférence d’entente nationale en 2017 ; le Dialogue national inclusif (DNI) en 2019 ; ainsi que les concertations nationales de la transition en 2020. D’ores et déjà, certains partis politiques ont déjà décidé de bouder ces assises, à l’image du PARENA, de la CODEM et de l’ADEMA.

Aussi pour ces formations politiques, cet organe de gestion des élections hybride en gestation nous conduira inéluctablement vers un fiasco électoral, source de tous les dangers pour la stabilité du pays.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la délégation de l’organisation sous-région qui a eu des entretiens avec les forces vives de la nation à savoir : les acteurs politiques ; les signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation ; les organisations de la société civile et les chefs religieux, s’est rendue compte que les Maliens ne sont pas sur la même longueur d’onde autour des trois questions essentielles : la durée de la transition ; la création de l’organe unique de gestion des élections ; les assises nationales de la refondation.

C’est pourquoi la mission demande aussi aux acteurs sociopolitiques maliens de travailler ensemble, dans cette période de transition pour garantir la réussite du processus.

Abdoulaye OUATTARA

Source : Afrikinfos-Mali

MaliwebPolitique
En vue d’évaluer le processus de transition et particulièrement les progrès réalisés dans la préparation des élections prévues en février 2022, conformément au délai accordé par la conférence des chefs d’Etat, une mission de haut niveau conduite par Goodluck Ebele JONATHAN, ancien président de la République fédérale du Nigéria,...