Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le Lt-Colonel Abdoulaye MAIGA, a présidé ce jeudi 16 septembre 2021, l’ouverture des travaux d’un atelier de mise à niveau d’une quinzaine d’Organisations de la Société Civile (OSC), membres de la plateforme COPER (Coalition des Organisations Partenaires du PNUD pour des Élections Réussies) et financée par le PAREM. C’était en présence du représentant résident de PNUD au Mali, Jo SCHEUER.

 

Organisé par le Ministère de l’Administration territoriale et de la décentralisation, en collaboration avec le représentant résident du PNUD au Mali, cet atelier avait pour l’objectif de doter les représentants des OSC de capacités et ressources nécessaires devant leur permettre de mener avec succès la campagne de sensibilisation et de mobilisation des populations, notamment les jeunes et les femmes sur tout le territoire national afin qu’ils participent massivement aux opérations de la révision annuelle des listes électorales prévues du 1er octobre au 31 décembre 2021.

Pendant deux jours, il s’agit pour les experts de rappeler aux participants le cadre juridique régissant les opérations de révision annuelle des listes électorales au Mali ; d’échanger sur l’élaboration du fichier électoral malien : les étapes, les acteurs, les enjeux et défis de son inclusivité et de sa fiabilité.

Il s’agit aussi de les édifier sur comment réaliser une campagne de sensibilisation et de mobilisation réussie dans le cadre du processus électoral au Mali ; les permettre d’acquérir les notions sur la fréquence de production des rapports (préliminaire, intermédiaire et final) narratifs et financiers y compris les procédures d’utilisation des fonds mis à disposition des OSC. Enfin, il s’agit également de rappeler les mesures barrières et recommandations du Gouvernement pour lutter contre la propagation de la COVID-19 en période préélectorale.

A l’ouverture des travaux, le Lt-Colonel Abdoulaye MAIGA, a souligné que cette session est financée par le Projet d’Appui aux Réformes et aux élections au Mali (PAREM), projet mis en place à la demande du Gouvernement du Mali et financé par les Partenaires Techniques et Financiers dans l’optique de l’accompagner dans la mise en œuvre des Réformes politiques, institutionnelles et électorales.

En application de la Loi électorale, a-t-il rappelé, la révision annuelle des listes électorales est prescrite chaque année du 1er octobre au 31 décembre sur toute l’étendue du territoire national, dans les Ambassades et Consulats du Mali.

Dans cette perspective, a-t-il fait savoir, le Gouvernement de Transition a organisé, il y a quelques mois, une opération spéciale d’enrôlement au RAVEC ciblant les nouveaux majeurs et les non-inscrits qui s’est déroulée du 1er avril au 30 juin 2021 sur toute l’étendue du territoire national. Plus de 750 000 citoyens de toutes les localités ont ainsi eu l’opportunité de s’enregistrer au RAVEC.

De son intervention, il ressort qu’afin de maximiser le rendement et offrir une chance à chaque malien établi à l’extérieur de se faire enrôler, une mission-conjointe composée du Ministère des Maliens établis à l’extérieur et de celui de l’Administration territoriale et de la décentralisation s’est rendue en Côte d’Ivoire du 1er au 6 septembre 2021.

Au cours de cette mission, les deux membres du Gouvernement ont procédé au lancement de l’opération spéciale d’enrôlement des maliens établis à l’extérieur à Abidjan et à Bouaké. L’objectif, dit-il, est d’atteindre 1 000 000 de Maliens établis à l’extérieur. Cette opération qui a débuté le 1er septembre dernier se poursuivra jusqu’au 30 septembre 2021 dans les Mission diplomatique et Consulaire du Mali. Elle s’inscrit dans le cadre de la mise à jour du fichier électoral en prélude aux prochaines échéances électorales que notre pays prépare.

De ses propos, il ressort que l’opération de révision de listes électorales va concerner trois volets essentiels. Ainsi, il s’agira, pour les commissions administratives, de procéder à des opérations d’inscription, de radiation et de transfert d’électeurs.

Pour l’inscription ; il s’agit d’électeurs potentiels de la base de données biométriques de l’état civil disposant de photos et d’emprunte digitales ; de ceux figurant dans la base de données biométriques de l’état civil avec leur photo et leur empreinte digitale 1 et des personnes recensées à la suite d’un changement de domicile.

Pour la radiation d’office, il s’agit des électeurs décédés, ceux inscrits indûment ou par erreur, ceux condamnés à une peine entrainant une incapacité électorale et enfin ceux auxquels les tribunaux ont interdit de voter.

Quant au transfert d’électeurs, il s’agit des cas de changement de résidence. Aussi, il pourrait s’agir entre autres de déplacés internes.

Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le Lt-Colonel Abdoulaye MAIGA, de rappelé que le Gouvernement de Transition s’est engagé à créer des conditions pour une expression démocratique, transparente et inclusive de tous les maliens vivant aussi bien sur le territoire national qu’à l’extérieur.

Abdoulaye OUATTARA 

Source : Afrikinfos-Mali

MaliwebPolitique
Le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation, le Lt-Colonel Abdoulaye MAIGA, a présidé ce jeudi 16 septembre 2021, l’ouverture des travaux d’un atelier de mise à niveau d’une quinzaine d’Organisations de la Société Civile (OSC), membres de la plateforme COPER (Coalition des Organisations Partenaires du PNUD pour...