L’organisation régionale brandit la menace de sanctions contre « tous ceux dont les actions impactent négativement » sur la restauration de l’ordre constitutionnel. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est très préoccupée par « la lenteur dans la préparation des élections » présidentielle et législatives prévues en fin février 2022 au Mali.

 

Hier jeudi, lors de la Session extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement, tenue à Accra (Ghana), la Cédéao a déclaré que ce délai est « non négociable ». A cet effet, elle a demandé aux autorités de la transition « de soumettre, au plus tard en fin octobre 2021, le chronogramme devant conduire aux étapes essentielles » pour ces joutes électorales.

 

Selon l’organisation régionale, « seules les réformes nécessaires pour la tenue des élections à la date indiquée devraient être mises en œuvre ». La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a donc décidé de sanctionner toutes les personnes qui saperont le processus.

Les sanctions porteraient notamment sur « l’interdiction de voyage pour ces personnes et leur famille ainsi que le gel de leurs avoirs financiers ». Le président de la Commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou, est chargé de compiler et soumettre la liste des individus et groupes d’individus concernés.

Nana Akufo-Addo, le chef de l’Etat ghanéen, par ailleurs président en exercice de la Cédéao, doit se rendre prochainement à Bamako pour notifier en personne les décisions de la Conférence.

En outre, les dirigeants ouest-africains ont fermement condamné « les arrestations continues ainsi que l’incarcération de leaders politiques et d’anciens dignitaires ». Ils ont exigé « leur traitement judiciaire conformément à l’état de droit et au respect des droits de l’Homme ».

Au plan sécuritaire, la Cédéao a désapprouvé « la volonté des autorités de la transition d’engager des compagnies de sécurité privées », considérant que cet acte aurait des « conséquences certaines sur la détérioration de la situation sécuritaire au Mali et dans l’ensemble de la région ».

Source : APA

MaliwebPolitique
L’organisation régionale brandit la menace de sanctions contre « tous ceux dont les actions impactent négativement » sur la restauration de l’ordre constitutionnel. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est très préoccupée par « la lenteur dans la préparation des élections » présidentielle et législatives...