Le gouvernement malien dément avoir mandaté qui que ce soit pour dialoguer avec les groupes terroristes liés à Al-Qaïda. Ni le Haut conseil islamique, ni aucune autre instance dit le communiqué, qui dit tout de même prendre acte que des bonnes volontés se sont manifestées pour mener des négociations. Au début de la semaine, plusieurs sources, dont le ministère des Affaires religieuses et le HCI avaient pourtant confirmé cette mission de bons offices.

 

Le ton du communiqué est ferme et se veut sans ambiguïté : « aucune organisation nationale ou internationale n’a été mandatée officiellement à ce jour pour mener une telle activité ». Le gouvernement dit même avoir appris par la presse l’existence de ces contacts.

Le démenti est donc ferme mais il a du mal à dissiper le sentiment de cacophonie qui ressort des différentes déclarations de ces derniers jours. En effet en début de semaine le ministre des Affaires religieuses lui-même a révélé ces contacts, à RFI notamment. Des informations également confirmées par le Haut Conseil Islamique, qui sont même parues dans la presse pro gouvernementale et qui n’ont pas été démenties par la primature que nous avons plusieurs fois relancée ces derniers jours.

Le ministre et le HCI ont-ils parlé trop vite, sans l’accord du chef de la junte le colonel Goïta qui serait à l’origine de ce rétropédalage ? Y a-t-il des luttes de pouvoir derrière cette cacophonie, ou peut-être une certaine gêne ou volonté de discrétion de Bamako sur un sujet qui, s’il fait relativement consensus sur place, n’est pas du tout du gout de certains partenaires internationaux comme la France qui refuse de négocier avec les jihadistes liés à al-Qaïda ?

Source: RFI

MaliwebPolitique
Le gouvernement malien dément avoir mandaté qui que ce soit pour dialoguer avec les groupes terroristes liés à Al-Qaïda. Ni le Haut conseil islamique, ni aucune autre instance dit le communiqué, qui dit tout de même prendre acte que des bonnes volontés se sont manifestées pour mener des négociations....