Un chronogramme, c’est comme un Plan d’action. Pourquoi on dit chronogramme ? Parce que, il y a le mot ‘’temps’’. Le temps imparti pour faire des actions. Déjà, nous avions fait des propositions depuis le démarrage de la période de la Transition.

 

Mais aujourd’hui, devant la communauté internationale et devant la nécessité de faire front, nous avons vu que les actions étalées dans ce temps sont des actions que nous avons demandé.

Seulement, le gouvernement a aussi fait l’effort de les éclater en deux. Il y a la réforme institutionnelle d’un côté, et de l’autre côté, il y a la programmation des différentes élections communales, législatives et présidentielle.

Les deux mis ensemble suscitent la réflexion de la part de la classe politique. Nous avions déjà notre programme, mais aujourd’hui de savoir trouver l’harmonie pour que tous ensemble, nous parlions d’une même voix pour faire face à la communauté internationale et montrer un front uni au nom du Mali. Et pour soutenir ce Mali afin de revenir dans les bonnes grâces de cette communauté internationale.

Parce que, c’est de cela qu’il s’agit maintenant. L’heure n’est plus aux atermoiements, mais à l’union sacrée autour du Mali. Et le ministre de l’Administration nous a invités à cela. Le message est bien passé.

Source : Info-Matin

MaliwebPolitique
Un chronogramme, c’est comme un Plan d’action. Pourquoi on dit chronogramme ? Parce que, il y a le mot ‘’temps’’. Le temps imparti pour faire des actions. Déjà, nous avions fait des propositions depuis le démarrage de la période de la Transition.   Mais aujourd’hui, devant la communauté internationale et devant...