Le président de la Transition malienne, le colonel Assimi GoÏta, a eu un entretien téléphonique avec son homologue russe, Vladimir Poutine. C’était le lendemain de la cérémonie, entourant la réception des nouveaux équipements militaires livrés, au Mali, par la Fédération de Russie au Mali. Dans cette interview qu’il nous a accordée, il y a quelques jours, le président Assimi Goïta est revenu, en exclusivité, pour le Canard déchaîné, sur cet entretien téléphonique. Interview presque imaginaire de l’entretien téléphonique entre Vladimir Poutine et son homologue malien.

 

Mr le président, vous avez ainsi résumé votre entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, votre homologue Russe, sur votre compte twitter, en ces termes : « Nous avons évoqué l’appui de Fédération de Russie à la Transition politique malienne et j’ai salué la qualité de notre partenariat respectueux de la souveraineté du Mali et des aspirations de sa population ». Ce commentaire résume –t-il tout ce que vous vous êtes dits dans cet entretien téléphonique ?

Non ! Mais pour un résumé, c’en est bien un. Mais pas tout à fait comme les autres.

On nous a dit que vous parlez au téléphone, comme le font les vrais amis, qu’en est-il ?

C’est bien cela, qui a mis en rogne le président Macron, qui remarque, chaque jour qui passe que, la coopération militaire entre pays, ce n’est pas la gueule. Il a des exigences. Car, la parole donnée, doit être sacrée, pour les uns et pour les autres. Mais pas, simplement, pour les uns et pas pour les autres. Mais aujourd’hui, avec la Fédération de Russie prouve, une fois de plus encore, qu’elle est le partenaire militaire idéal dont le Mali a besoin pour renforcer, davantage, ses capacités militaires, face à des djihadistes qui n’ont ni foi, ni loi.

Récemment, les attaques terroristes se sont multipliées, notamment, à Tessit, avec un bilan exceptionnel de morts de nos soldats (42). Avec ce nouveau matériel, pouvons-nous espérer voir la peur changer de camp avec ces nouveaux avions et munitions ?

Ça va changer la donne, vous verrez ! Que ce soit du côté des terro-risques comme du côté de leurs mentors. Tenez, il y a quelques temps, l’émir des terroristes serait allé voir le Groupe Al Qaïda pour lui demander de lui venir en aide avec les Famas. Ils ont reçu des fonds suffisants pour cela.
Mais le Mali deviendra, dans les jours qui suivent leur cimetière à ciel ouvert. Nos vautours auront de la viande à bouffer, en terre malienne. Notre liberté, nous l’aurons ou nos mourrons. Et nous sommes, déjà, prêts pour cela.

Peut-on savoir ce qui se passera dans les semaines ou les mois à venir ?

En tout cas cela doit être clair pour les terroristes et leurs mandants : celui qui tente d’agresser le Mali ou les autorités maliennes le paiera de sa vie.

C’est sûr ?

Certain ! Nous allons leur montrer que le Mali est notre bien commun à tous. Pas question de le saucissonner pour qui que ce soit.

Le lot de matériels que la Fédération de Russie a livré au Mali était composé, entre autres, de cinq avions de chasse, d’un hélicoptère de combat, d’un avion de Transport tactique de type Airbus Casa 295, ainsi que d’autres armes de guerre et des munitions. Mais, ce n’est pas tout ….

C’est vrai ! A tout cela s’ajoutent d’autres matériels de guerre qui continuent de faire « rougir » Emmanuel Macron ?

Et c’est tout ?

Ce n’est pas tout, loin de là. Le lundi 18 avril 2022, le chef d’état-major général des armées maliennes, le général de division Oumar Diarra, avait réceptionné deux hélicoptères de combat et des radars de surveillance. Le 31 mars dernier, une autre livraison, composée de deux hélicoptères de type MI-35P, des Radars, des armes de guerre, des munitions et du matériel roulant…. Avait été faite par Moscou. Sans compter la réception, début octobre dernier, de quatre hélicoptères de type MI-171, des armes de guerre et une grande quantité de munitions…

Donc, c’est une coopération, somme toute, au beau fixe.

C’est bien cela, au beau fixe !

Ah bon ! Plus que la coopération entre le Mali et la France ?

Est-ce que cela s’appelle –t-elle une coopération militaire ça ?

Comment appelle-t-on cela, alors ?

Cela s’appelle l’exploitation de nous autres, Maliens, par l’homme blanc français, surtout les Français.

Ces équipements militaires arrivent au moment où, les djihadistes armés, financièrement et matériellement, disons- le tout net, par la France, Tessit a connu un bilan, pour le moins, exceptionnel, 42 morts !
En tout cas, le diable est dans le fruit. Quand un pays cherche un autre partenaire outre que la France, elle remue ciel et terre pour que ce soit elle. Mais elle peut toujours continuer à pactiser avec le diable, si ça lui chante. Nous, Maliens poursuivons notre chemin. Sans lorgner vers qui que ce soit. Nous restons droits dans nos bottes. Et advienne qui pourra ! Nous sommes prêts à nous assumer, face à l’histoire, face à notre histoire.

Donc, la France doit, finalement, ce qui lui paraît inacceptable !

C’est vous qui dites que la France n’accepte pas de foutre la paix au Mali. Mais nous, nous sommes prêts à tous les sacrifices pour ce faire. Faisons confiance en nous-mêmes.

Le Mali sera un exemple, en Afrique, ou ne sera pas !

Interview réalisée par le Mollah Omar

Source : Canard Déchaine

MaliwebPolitique
Le président de la Transition malienne, le colonel Assimi GoÏta, a eu un entretien téléphonique avec son homologue russe, Vladimir Poutine. C’était le lendemain de la cérémonie, entourant la réception des nouveaux équipements militaires livrés, au Mali, par la Fédération de Russie au Mali. Dans cette interview qu’il nous...