Tiémoko Sangaré, président par intérim, a présidé la cérémonie d’ouverture de la journée parlementaire de l’Adéma/PASJ, tenue le samedi 18 janvier 2014 à l’hôtel Radisson Blue à l’ACI-2000. Il a avoué que son parti assume sa part de responsabilité dans ce qui a été fait ces 20 dernières années en bien et en mal.

 

 Pr. Tiémoko Sangaré ADEMA PASJ

 

L’Alliance pour la démocratie au Mali/Parti africain pour la solidarité et la justice (Adéma/PASJ) a tenu le 18 janvier 2014 sa journée parlementaire à l’hôtel Radisson Blue à l’ACI 2000. C’était sous la présidence du président intérimaire Pr. Tiémoko Sangaré en présence de plusieurs cadres du parti comme Ali N. Diallo, Assarid Ag Imbarcaouane, etc.

Sur les 16 députés que compte le PASJ, 2 étaient absents pour des raisons sociales.

C’est une journée au cours de laquelle on a enseigné aux nouveaux députés leur rôle au sein du Parlement ; l’organisation du groupe parlementaire et sa place dans la mouvance présidentielle.

 

 

Le président du parti a d’abord rendu hommage aux autorités de la transition lesquelles sous la présidence de Dioncounda Traoré (ex-président de l’Adéma) ont su conduire les destinées du pays à bon port. Les deux missions à elles confiées, qui étaient la libération du Nord de l’emprise jihadiste et l’organisation des élections, ayant été un succès.

 

 

 

 

Pr. Tiémoko Sangaré a expliqué que le parti est allé aux élections législatives avec une grande ambition. L’ambition de remporter le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale, mais Dieu en a décidé autrement. Il a exprimé la solidarité du parti à l’endroit de ceux qui n’ont pas pu être élus ou réélus.

 

 

L’ex-ministre de l’Environnement et de l’Assainissement d’ATT, a ensuite ajouté que « notre parti a été particulièrement indexé pendant la crise comme étant le responsable de la tragédie. Nous assumons notre part de responsabilité en ce qui a été fait ces 20 dernières années en bien et en mal. Notre parti a pris des coups, mais ces coups nous ont donnés des ressorts pour bien rebondir ».

 

 

Le président intérimaire de souligner que ce rebondissement de l’Adéma passe par le dynamisme et la cohésion de son groupe parlementaire.

 

 

 

Aussi a-t-il expliqué que lors de la réunion du comité exécutif du 23 août 2013, le parti a décidé de soutenir le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita. Une lettre lui a même été envoyée dans ce sens depuis. Et pour matérialiser ce soutien, un contrat de législature a été signé le jeudi dernier par les partis de la majorité présidentielle parmi lesquels figure l’Adéma. Pr. Tiémoko Sangaré a demandé aux députés Adéma de travailler pour que les objectifs de cette majorité présidentielle soient atteints.

 

 

Abdoulaye Diakité

 

SOURCE: L’Indicateur du Renouveau