De dix neuf au départ, le nombre des candidats les plus sérieux aux primaires de l’ADEMA-PASJ pour l’élection présidentielle de juillet prochain, pourrait se réduire à quatre dans sa phase finale, qui doit se dénouer en ce début de semaine. Passée à la loupe des 21 critères élaborés par la Commission de bons offices présidée par Oumarou Ag Ibrahim Haïdara du Haut conseil des collectivités, la longue liste des dix neuf prétendants a été délestée des outsiders, des secondes chances pour ne retenir que les quatre prétendants qui remplissent le plus grand nombre de critères: Ibrahima N’Diaye, Me Kassoum Tapo, Ousmane Sy et Dramane Dembélé.

Le choix du candidat de l’ADEMA apparaît de plus en plus difficile d’autant  plus que les critères élaborés ne sont pas exclusifs. Aucun critère n’est éliminatoire« , nous confiait, samedi dernier, le secrétaire à la communication du parti, Mamoutou Thiam.

     Malgré les efforts de persuasion déployés par la Commission de bons offices, aucun des candidats ne veut désister au profit de l’autre. Ce qui a amené les responsables du parti à décider que les candidats se retrouvent le dimanche, au siège du parti, à huis clos, pour un forum à l’issue duquel on espère qu’ils vont s’entendre sur un nom parmi eux.

      Certains candidats que nous avons joints hier, ont affirmé ne pas être au courant de la tenue de ce forum. Mais un membre de la Commission de bons offices a indiqué que les candidats qui ont le plus de chance sont probablement Me Kassoum Tapo, Iba N’Diaye, Dramane Dembélé et Ousmane Sy. Chacun d’eux, a-t-il souligné, a ses points faibles et ses points forts.

 Selon certaines sources, après avoir bénéficié d’une semaine supplémentaire pour opérer, de façon consensuelle, la difficile   » proposition de choix du candidat de l’ADEMA-PASJ  » à la prochaine élection présidentielle, la Commission de bons offices du parti vient d’éliminer  en toute discrétion quinze candidats inscrits à ces primaires. Selon un haut cadre du parti membre de la commission de bons offices, le candidat du parti sera certainement l’une des quatre personnalités précitées.

En clair qui d’entre Me Kassoum Tapo, Iba N’Diaye, Ousmane Sy et Dramane Dembélé sera proposé le 10 avril au CE qui pourra valider ou non ce choix ? Il faut préciser que conformément au besoin de changement qui s’est imposé à l’ADEMA et inscrit parmi les 21 critères retenus, des ténors comme Iba N’Diaye et Ousmane Sy semblent faire partie de ceux que certains appellent les « dinosaures« . Encore que le second en tant qu’actuel Secrétaire général de la présidence de la République avec rang de ministre, apparaît comme un acteur de la transition, non éligible. A ce titre, sa candidature, si elle venait à être retenue, pourrait être invalidée par la Cour constitutionnelle. L’ADEMA ne voudra certainement pas prendre ce risque. Le «  duel de la nouvelle génération «  opposera alors Me Tapo à Dramane Dembélé. Bien malin qui devinera celui qui l’emportera, même si certains observateurs donnent l’avocat plus favori parce que proche de Dioncounda Traoré, dont il était le porte-parole (quand celui-ci était candidat à la présidentielle avortée de 2012).

Rappelons que la proposition de choix de la commission de bons offices est attendue pour ce mercredi 10 avril et l’investiture, le 14 avril prochain.

Bruno D SEGEBDJI